•  

    Débuter l'hébreu : lecture et initiation

    Vous voulez apprendre à lire l'hébreu et vous avez bien raison : pour qui veut lire la Bible et l'Ancien Testament, rien ne vaut le contact avec le texte biblique tel qu'il fut écrit.
    Première bonne nouvelle (!) : l'hébreu n'est pas une langue difficile et nous allons vous guider pour que cet apprentissage soit le plus simple possible. En suivant nos conseils, vous obtiendrez certainement très vite des résultats.
    Pour le moment, à moins que le contraire ne vous soit demandé, contentez-vous de lire la leçon sans chercher à la mémoriser. Plusieurs exercices vous sont proposés à chaque étape, ils sont conçus pour que vous assimiliez la leçon en douceur. N'hésitez pas à y revenir jusqu'à être parfaitement à l'aise. 
    Dernier conseil : ne travaillez pas trop à la fois ; il est plus profitable de travailler régulièrement que trop longtemps.
     
     

    Lire l'hébreu Leçon 1 : Lire l'alphabet : les consonnes.
    Leçon 2  : Reconnaître les voyelles.
    Leçon 3 : La division en syllabes et le shewa
    Leçon 4 : Récapitulation et compléments sur les consonnes :
    Leçon 4 : éviter les confusions et acquérir de la vitesse. 

    Leçon 5 : Récapitulation sur les voyelles.
    Leçon 4 : Autres signes d'écriture. 

    Leçon 6 : Déchiffrer un texte biblique. 
     
    Initiation Leçon  7 : Les énoncés simples - l'article (1). 
     
    Leçon  8 : L'article (fin).

    Leçon  9 : Le système verbal et le verbe 
    Leçon 10 : Coordination : le waw
    Leçon 11 : Le verbe : qatal (1)
    Leçon 12 : Le nom : genre et nombre (1)
    Leçon 13 : Le verbe : qatal (2)
    Leçon 14 : Pluriels des noms 
    Leçon 15 : La fonction génitive 
    Leçon 16 : Les prépositions préfixées  
    Leçon 17 : Démonstratifs et relatives
    Leçon 18 : Adjectifs épithètes et attributs
    Leçon 19 : Pronoms personnels séparés <
    Leçon 20 : Prépositions préfixées : min - Négation du qatal
    Leçon 21 : Le yiqtol (1)
    Leçon 22 : Le yiqtol (suite)
    Leçon 23 : Pronoms suffixes des noms (1)
    Leçon 24 : Pronoms suffixes des noms (2)
    Leçon 25 : Pronoms interrogatifs - Ky
    Leçon 26 : Le participe
    Leçon 27 : Révision du verbe
    Leçon 28 : Prépositions avec suffixes (1)
    Leçon 29 : L'impératif
    Leçon 30 : Récit et discours : le wayyiqtol
    Leçon 31 : Yiqtols et wayyiqtols (suite)
    Leçon 32 : L'infinitif construit
    Leçon 33 : Infinitif absolu et interrogation
    Leçon 34 : Autres prépositions avec suffixes
    Leçon 35 : Le weqatal 
    Leçon 36 : Volitifs : cohortatif et jussif 
    Leçon 37 : Qal : participe passif - particules d'existence
    Leçon 38 : Révisions : verbe au qal et vocabulaire 

     
     
     
    La façon de travailler :
    Laissez-vous guider sans chercher à tout retenir, mais ayez soin de faire les exercices qui vous permettront d'assimiler ce qui vous est présenté. En outre, désormais, chaque leçon vous proposera un vocabulaire nouveau, choisi parmi les mots les plus courants de la langue biblique.

    • Ne vous inquiétez pas pour sa mémorisation, des exercices vous permettront de l'opérer en douceur.
    • De même, il vous sera chaque fois proposé de revoir le vocabulaire déjà vu.

    En fait, si vous suivez nos indications, vous constaterez qu'en très peu de temps vous aurez acquis un vocabulaire considérable sans trop de mal.


    votre commentaire
  • Le prophète Daniel : l’Alef de la Délivrance.

    2ème partie.

     

    Le Livre du prophète Daniel se décompose de la manière suivante :

     

    - Le chapitre-1- nous donne une situation historique avec une datation de départ qui est de -605 avant le Messie.

     

    Nous pouvons observer le comportement intègre de Daniel et de ses 3 compagnons ainsi que leur foi et cela, jusqu’au terme de leur vie.

     

    - Les chapitres 2,7 et 8 sont parallèles et complémentaires, dans leurs explications concernant les 4 empires qui vont se succéder.

     

    Une première chaîne prophétique va concerner le chapitre-8 pour les « 2300 soir-matin » soit, pour le rétablissement du Chabbat dans les nations, ainsi que celui du « Perpétuel » ou Sacerdoce intransmissible du Messie « IHVH Sauve »

    (Hébreux 7-24).

     

    Le chapitre-9 pour les « 70 semaines » concernant le règlement du péché originel par le « Sacrifice volontaire du Messie sur l’Autel d’Or ». 

     

    Le chapitre-11 nous dévoilera les « 6 guerres de Syrie », la 7ème est en marche, puis, l’explication de la 6ème trompette ou 3ème guerre mondiale qui nous concerne directement ! (Daniel 11 : 40-45 et Rév. 9 : 13-21).

     

    Le chapitre-12 nous révèle la 2ème chaîne prophétique démarrant par la fin du « Perpétuel » en 538 d’où vont se greffer successivement 3 durées : 1260, 1290 et 1335 Jours-Années.

     

    Enfin, les chapitres 3, 4, 5, 6, 10 nous donneront des leçons de « foi vivante », sur le caractère et la nature humaine, prescrits et voulus par le Maître de nos vies, au travers des exemples d’obéissance de Daniel et ses 3 compagnons.

     

    Celui qui comprend les révélations du Créateur n’est pas plus grand qu’un autre, simplement, il a ce miracle d’avoir eu à chercher à comprendre, à s'humilier aussi !

     

    Aucun mérite n’est jamais, et ne sera jamais, attribué à un homme, tous les mérites sont à Élohim, à Lui soit, le Règne, la Puissance et la Gloire aux siècles des siècles, Amen !

     

    Il y a aussi des critères principes pour pouvoir accéder aux trésors insoupçonnables, le « vrai croyant » doit les reconnaître et les mettre en pratique :

     

    - L’Auteur ou Créateur : Élohim.

    - les 2 Oints qui font la Parole toute entière.

    - Le Messie qui vient : « IHVH Sauve ».

    - Le Souffle de prophétie.

     

    Les Solennités du Créateur Élohim :

     

    - Le 1er d’Aviv ou 1er jour du 1er mois de l’année.

    - La pratique du Chabbat (du vendredi au samedi, d’un soir à l’autre).

    - Pessah.

    - Les 7 jours des pains sans levain.

    - Les prémices de la moisson.

    - Chavouot ou Solennité des semaines.

    - Yom Térouah ou Jour des trompettes.

    - Yom kippourim ou jour des expiations.

    - Souccoth ou fête des tentes.

    - Les 11 têtes de mois.

     

    À présent, ouvrons ce Livre par le Souffle qui conduit toutes choses et découvrons avec effacement et humiliation ce qui a été préparé pour les véritables enfants du Père de la Vie.

     

    Jef.  


    votre commentaire
  •  

    Sion : Trône du Messie « IHVH Sauve » !

    Par l’étude des Livres des prophètes Daniel (Élohim le Créateur) et Jean (« IHVH Sauve » le Messie), nous avons compris, donc, acquis la certitude, de la chute ferme et définitive de tout l’ensemble du christianisme, de toutes les religions aussi !

    Pourvu, ou, à condition, que nous ayons réalisé ce travail « personnel », ces études « ludiques » qui conduisent au Royaume, après acceptation du Témoignage prophétique, bien sûr !

    Ses 2 prophéties sont destinées à réveiller, de leur torpeur religieuse, le « judaïsme » et le « christianisme », des religions qui n’étaient pas dans le Plan du Très-Haut, ni dans Celui du Messie.

    En effet, Ses 2 témoins sont issus des 2 parties de la Parole, que les religieux ont séparée contre le Gré du Maître, qui tient leur existence dans Sa Main, (Livre du Tanahk ou 1er oint et Livre de la Délivrance ou 2ème oint).

    Pour ceux et celles, qui ont creusé Ses révélations, bravant toutes les tentations de Satan de renoncer à cette étude, « IHVH Sauve » le Messie leur a démontré, point par point, toutes les Subtilités, toutes les Vérités, et toutes les « Perles », essentielles (Les Sens, Elles !), pour construire, sur du Roc, leur Salut !

    Celles-ci, dans une douce et solide Harmonie, dirigée par le Créateur, avec au Programme, deux chaînes prophétiques, un code prophétique et un décryptage, par la Parole seule, donc, des certitudes qui ne peuvent que conduire la créature, au Royaume du Père !

    À partir du moment, où le christianisme a persisté à ne pas observer les Ordonnances et Préceptes du Maître, il ne faut pas s’étonner alors, que Ce Dernier, qui est aussi le Premier, s’en soit écarté.

    Et ceci, dès le départ, Il lui a donné du temps afin qu’il se repente, et, il ne veut pas se repentir.

    Ce « christianisme », dans son ensemble, va, bientôt, subir la Colère du Tout-Puissant, pour avoir mené des myriades de myriades d’hommes, femmes, enfants et vieillards à la « mort éternelle ». (Daniel 11 : 40-45).

    L’histoire du christianisme a commencé, quelques 18 siècles en arrière, une religion, comme son nom l’indique, fondée par des hommes païens, ici, d’origine « gréco-romaine » !

    Tout ce qui est « religion », a été créé, par des personnes qui n’avaient, comme seul but, un moyen artificieux, pour gagner de l’argent facile, et une gloire bien orgueilleuse !

    Les religions sont, un « amer » mélange, d’un peu de « Sacré », et, d’un trop plein de « profane », le tout, agrémenté de préceptes et commandements d’hommes, pour le plus grand bonheur de Satan !

    Cette désignation a été donnée par les païens grecs mêmes (pléonasme !), de la fin de l’époque primitive de l’Alliance renouvelée !

    Aujourd’hui, ce qualificatif sied parfaitement à cette dénomination, à cause du « pur paganisme », qui règne chez toutes ces obédiences chrétiennes.

    Par la compréhension de cette prophétie, nous ne pouvons pas, ou plus, nous réclamer « chrétien », si toutefois, le croyant devait encore se revendiquer de cette étiquette, d’origine païenne ! Pas plus maintenant qu’hier !

    Nous savons que ceux qui s’estampillent d’étiquettes religieuses, sont des « marchands de la terre », des « marchands de l’amer » ! (Rév-13).

    Le salut vient des « hébreux » et non des « grecs » !

    L’homme a toujours eu, ce besoin d’étiqueter les choses, ceci, afin de montrer sa différence, son orgueil aussi, à son prochain : le Païen.

    C’est un besoin vital, pour celui qui se perd, de se sentir supérieur aux autres.

    Pourquoi ne pas se nommer tout simplement « serviteur », « servante », avec pour unique et permanent but, de « rechercher la Vérité » ?

    La Parole et l’histoire ne font qu’une !

    Dès le premier siècle, un épisode dramatique, et aux conséquences perpétuelles, concernant l’alliance renouvelée, est passé inaperçu !

    Un schisme a eu lieu en son sein, cela, vers le début du 2ème siècle, par l’influence de dignitaires ou de prêtres païens, issus de l’empire romain, sous couvert de religion, et sous le prétexte d’une paix durable.

    Ce qui se cache derrière le « christianisme » !

    Une grande partie des croyants s’est, progressivement, tournée vers « l’idolâtrie romaine » impériale, puis papale.

    Ainsi, 2 parties sont devenues distinctes l’une de l’autre, formant entre elles, un gouffre, de plus en plus large, au fil des années qui passèrent.

    L’une, continuant à garder les 10 Paroles du Créateur, tout en reconnaissant le Témoignage du Messie.

    L’autre prenant, petit à petit, une orientation païenne, bien plus encore, faisant entrer « le culte païen dans le sacré » !

    Après 321 de notre ère, la chose devient effective, un « reste » (alliance renouvelée) brave les outrages et les persécutions, mais garde la foi en la Parole, qui est la Vérité.

    Ce « reste » souffre alors, de l’entité naissante appelé « christianisme ».

    Ce dernier tente de le réduire à néant ! Ceci, sous la conduite d’un Satan, bien décidé à nuire à l’œuvre du Créateur, et par l’intermédiaire, dans un premier temps, de la Rome impériale, puis, dans un second temps, de la Rome papale.

    Plus tard, le protestantisme, dans un premier temps béni, finit par rejoindre les « profondeurs de Satan », qui représentent, cette Rome papale, gardienne du 1er jour ou dimanche païen, ceci, suite au criblage de 1844.

    « In god, we trust » ! Dixit, le protestantisme.

    Le christianisme est une véritable supercherie, derrière lequel se cachent, des « soi-disant amoureux » d’Israël.

    En fait, et depuis la fin de la 2ème guerre mondiale, ce « christianisme » pousse l’islam et les musulmans, à combattre « l’état hébreu », afin qu’il puisse prendre le contrôle du « plus beau des pays », il l’espèrera, après le dernier conflit (6ème trompette ou shofar), qui vient sur cette terre !

    Depuis 1600 années environ, et, par l’envoi de Ses serviteurs, l’Adon « IHVH Sauve », a toujours mis en garde ce christianisme païen (pléonasme !), par l’envoi de châtiments, qui, cependant, ne l’ont pas fait changer d’un iota !

    Ce « christianisme » a subi, de la part du Souffle Saint, plusieurs malheurs par « 5 shofar » (déjà 5 trompettes accomplies !), Il lui a donné « une puissance d’égarement, pour que cette religion croit au mensonge », puis, Il l’a livré au prince de « l’abîme » : Satan (Rév-9).

    C’est une bonne chose qu’il en soit ainsi, pour les enfants du Créateur, et pour Son Oint « IHVH Sauve », car la confusion entretient le mal !

    Il n’y a qu’un seul Salut, celui qui vient des hébreux !

    « Ceux qui ont « avalé » le « Petit Livre Ouvert », suivent partout, l’Agneau où Il va ! » Rév. 14-4).

    Heureusement, cette chose s’est réalisée en 1994, dans l’indifférence totale de cette organisation et des chrétiens qui la composent, pour le plus grand malheur de tous ceux et celles qui demeurent dans ces « églises babyloniennes ». Mince ! Encore un pléonasme !.

    Attention ! Le christianisme n’est plus, d’ailleurs, l’a-t-il été un jour ?

    C’est par votre conviction, que vous ferez la part des choses, pour avoir la réponse à cette question, par le Souffle Seul, qui est aussi, dans Ses 2 prophètes !

    Par contre, les créatures qui séjournent à l’intérieur de ces « églises » sont, pour l’instant, encore vivantes spirituellement, elles le seront, qu’à la seule condition, de sortir de cette « Babylone » !

    C’est la première étape dans un premier temps !

    Le Salut a été mis devant chacun de nous, avec, autant d’étapes à franchir afin d’être purifiés, rappelons les :

    1- la reconnaissance et la mise en pratique de Sa Loi Céleste ou Torah.

    2- La reconnaissance du Messie hébreu, et non, grec.

    3- L’étude des prophéties par le témoignage de Sa « Délivrance ».

    4- Le changement ou la transformation du caractère, consécutif à l’acceptation des 3 principes ci-dessus.

    La vie, pour le Salut, est jalonnée d’autant d’étapes à franchir, souvent, nous croyons être arrivés au terme de la connaissance de Sa Volonté, et de la réforme du caractère qui va avec, il n’en est rien en réalité !

    Tout au long des 2000 ans qui ont suivi ce Témoignage de la Délivrance, l’Adon « IHVH Sauve » a su garder un « reste » fidèle, dans l’ombre.

    Il s’est, à chaque fois, pris d’affection pour « Ses faibles troupeaux », ces « débris », qui, Le représentent dans les nations : Son Alliance renouvelée.

    Ce « reste » a, un premier point commun, avec les israélites, il a été persécuté !

    Les chrétiens, depuis 321, et l’abandon du Shabbat, ont :

    1/ privilégié l’amour fraternel à l’Amour d’En-Haut !

    2/ écouté les hommes influents des « églises » au détriment des prophètes de la Parole, et le Premier d’entre eux, le Messie « IHVH Sauve » !

    3/ pratiqué une lecture superficielle, au lieu d’une étude, persévérante, solennelle et creusée, de la Parole sainte.

    4/ cultivé le mensonge, au détriment de la Vérité.

    5/ adoré la créature au lieu du Créateur.

    Ainsi, pendant 1600 ans environ, une minorité d’enfants de l’Alliance renouvelée (Éfraïm), vit au milieu d’une grande majorité de chrétiens.

    Sans attendre la chute de cette « Babylone », les « débris » d’Éfraïm sont revenus, progressivement, à la source de la vie, profitant des criblages des 7 époques ou 7 assemblées, pour revenir à la lumière, à la Volonté du Maître.

    Ils ont, toujours, vécu en dehors du « christianisme », contrôlé par Satan.

    Un séjour dans le « désert » est toujours utile, pour que le Tout-Puissant puisse parler à nos cœurs, pour que nous puissions faire « retour », pour se remettre en cause, pour analyser toute chose.

    Puis, l’assistance du Maître se faisant, une nouvelle voie a été donnée, ou plutôt un retour à la racine « hébreu », a été mis, au grand jour, par notre Élohim.

    Un « retour » qui passe « obligatoirement », par l’acceptation de Ses 2 Révélations (Daniel et Jean) !

    Le Témoignage prophétique : Unique Moyen de sauver sa vie !

    Ce « retour » n’a été possible, qu’à partir de la chute effective, par le Témoignage prophétique, du « christianisme » en « 1994 » !

    Il est évident qu’il ne fallait pas se détourner de cette racine, cette racine, d’où étaient sortis, les premiers juifs, mués en « hébreux », lors des premiers temps du renouvellement de Sa Qéhila (assemblée).

    La Révélation d’Ézéchiel, chapitre 38 et 39, décryptée dans la foulée, a mis, en lumière, cette évidence.

    Cette traduction montre 2 « rois du nord » ou « Gog et Magog », en conflit contre Israël soit, le type et antitype, 2 moyens par Satan, pour en finir, une bonne fois pour toute, avec le Peuple du Tout-Puissant Créateur et de Son Oint « IHVH Sauve » !

    D’une part, l’alliance russo-musulmane et d’autre part, la coalition protestante américaine-papale (voir décryptage de Daniel et Révélation).

    La protection du Maître, envers un tiers du peuple hébreu, se fait jour, à la compréhension de l’étude d’Ézéchiel, mais pas seulement !

    Des révélations d’Esaïe, Jérémie, Zacharie, Joël, en autres, convergent dans le même sens.

    Du fait, c’est tout naturellement vers les « hébreux », qu’il faille, désormais se tourner, pour ce qui concerne les « débris » des nations.

    La bénédiction est revenue vers eux (1 pour 1000), cela, pour cause d’incrédulité, et suite, au déracinement de l’olivier sauvage (christianisme).

    Là encore, nous parlons pour le faible « reste » des peuples de la terre.

    Nous voyons que le manque d’Amour de la Vérité peut se payer très cher, le mépris des prophéties ne peut conduire, qu’à une impasse !

    Pour ce qui est du christianisme, ce ne sont pas les hommes qui le condamnent, c’est la Parole du Maître !

    Et le fait que la condamnation du Messie « IHVH Sauve » soit tombée sur celui-ci, est due à trois choses :

    1- L’abandon de la Loi Parfaite du Créateur.

    2- L’indifférence vis-à-vis du Témoignage de la Délivrance du Messie.

    3- Le péché contre le Souffle Saint, en est, la conséquence, celle de la chute du « christianisme » !

    Nous sommes tous passés par là, mais quelques uns ont su réagir en se faisant violence, en entreprenant, une étude sérieuse et conduite de la Parole prophétique, dans l’humilité, dans l’effacement et le désintéressement de soi, avec une soif énorme, de comprendre les choses qui doivent arriver bientôt.

    Puis, l’Adon a dirigé le cœur sur l’étude de l’entité « Éfraïm », cette entité symbolique, caractérise les rachetés de « cœur », issus de la « racine hébreu » des nations.

    Ce sont ceux, qui sont sortis ou qui sortiront de « Babylone ».

    Derrière cette dernière identité, se cache la « Rome papale », révélée dans les prophéties de Daniel et de Jean.

    Ainsi, à la manière d’une « pieuvre », elle a su étendre, ses « tentacules », sur tout ce qui se meut sur la terre, tant civil que religieux, en dehors de l’état hébreu, quoique ! Plus maintenant !

    Dans un temps de paix, et, sous la conduite de son maître : Satan (Amalek), elle a su séduire la presque totalité des croyants de l’époque (538-1798), elle le fait encore aujourd’hui, avec un taux de réussite extraordinaire, par la séduction, par un « jour marqué de la bête : le dimanche, 1er jour de la semaine ».

    Ainsi, ceux qui sont sortis du milieu d’elle, forment aujourd’hui le « reste », symbolique, des « nations » (Éfraïm), mais sachons que celui-ci sera, à son tour, éprouvé et épuré, car il ne suffit pas seulement de s’écarter, physiquement, de Babylone.

    En effet, beaucoup sont sortis des « églises » en apparence, mais ils ont gardé les « racines amères » issues de ce maudit « christianisme », et de ses excroissances, les juifs messianiques en font partie, hélas pour eux, ces mêmes, se considèrent comme des « sauvés » !

    Ainsi, ces païens continuent à nommer leur messie, « jésus-christ », le Créateur Élohim, « Dieu », le 1er oint et le 2ème oint, « l’ancien et le nouveau testament », cela porte un nom : c’est la théorie du remplacement, le « christianisme » à la sauce amère, « gréco romaine » !

    La chute du christianisme est due à sa suffisance, au mépris même des Révélations, à sa présomption de foi, et de salut, à sa calomnie envers les juifs et leur Parole.

    Depuis 321, le paganisme a pris de plus en plus de place chez les chrétiens (Noël, Toussaint, calendrier faussé, sainte cène hebdomadaire, commandements d’homme, dimanche, en autres choses) !

    Leur livre même (nouveau testament), les condamne entièrement, le Maître les a confondus dans leur propre lecture !

    Ainsi, ils ont commencé par rejeter le 1er oint (ancien testament), et ont fini par fouler au pied, le 2ème oint (nouveau testament), soit le « Tanahk » et le « Livre de la Délivrance » dans leur vraie définition et, dans la langue « hébreu ».

    La dernière fois où l’alliance renouvelée a été bénie, c’est à l’époque des 12 « envoyés », à ses prémices, et pourquoi ?

    Tout simplement, parce que les hommes qui formaient cette alliance, étaient « hébreux » !

    Une fois de plus, seuls des hébreux, pieux et humbles, peuvent conduire une réforme à son terme.

    À la compréhension de tout cela, il nous faut avoir la plus grande humilité, qui doit être accompagnée d’un amour désintéressé, pour ces « âmes du christianisme déchu », pour celles qui en sont sortis, et, pour celles, qui en sortiront, cela, jusqu’au temps de grâce.

    Il faut s’écarter du cercle vicieux du jugement « préalable », qui consiste à dédaigner tout ce qui n’est pas de la Position Spirituelle du Maître, anéantir toute arrogance, et augmenter notre amour pour toutes les « brebis perdues ».

    Les 2 bois de l’Alliance renouvelée, ceux, qui ont « avalé le Petit Livre Ouvert » !

    N’oublions pas que ceux qui rejettent le Témoignage prophétique, ce Témoignage qui admet les 2 Révélations de Daniel et Jean, rejettent le Souffle saint, ils se condamnent eux-mêmes, ils n’ont, donc, pas besoin de qui que ce soit, pour les condamner !

    Sachons que, si nous nous comportons avec arrogance et mépris envers eux, nous serons à notre tour, séparés de l’Olivier franc, du Plan du Créateur, par le Messie.

    Personne sur cette terre, n’est au-dessus de l’autre, c’est le monde qui tente de le faire croire.

    Mais lorsque nous recevons des Révélations du Souffle, et, par l’amour, que nous portons à notre prochain, nous ne pouvons pas les garder pour nous-mêmes, Ses « mines ou talents », sous peine de châtiments. (Luc 19-13, Mat. 25-15).

    Voyons plus l’œuvre du Créateur, nous, nous ne sommes que des porteurs de « Bons Messagers », nous sommes des « semeurs », des « laboureurs », à quelques uns et, quelque part, nous dérangeons, nous bousculons un « désordre chrétien » établi et maudit.

    Prenons garde de ne pas refuser d’entendre celui qui parle !

    Quand l’arbre est tordu, il lui faut un tuteur pour qu’il soit redressé, nos êtres ont besoin d’être redressés de la même façon, et quand il s’agit de désapprendre, nos orgueils sont touchés au plus profond.

    Nous sommes à une époque de rébellion au comble de la susceptibilité, donc, de l’orgueil, de l’habitude à ne plus supporter les doux reproches, du moins, pour les cœurs mal affermis, cela se traduit ainsi !

    Celui qui donne, donne que ce qu’il a reçu, il n’est donc pas l’artisan, de telle ou telle Révélation. Dans la démarche, il n’y a que de « l’Amour d’En-Haut », il ne fait que transmettre à son prochain, ce que le Tout-Puissant Lui a révélé, à Lui Seul, soient, l’honneur et la gloire !

    Un messager, c’est celui qui a un message !

    Il n’y a donc pas de condamnation pour qui que ce soit, mais un jugement, celui qui méprise ou refuse Ses prophéties, se condamne lui-même.

    S’Il nous envoie des Révélations, c’est uniquement pour sonder notre amour envers Lui, tester notre foi, notre disposition à nous remettre en question, car il n’y a rien d’acquis tant qu’Il n’est pas venu.

    C’est pour cela qu’Il nous envoie des Révélations, Elles ont, pour but, de nous rapprocher de Lui, par la Parole prophétique, de découvrir notre caractère insoumis, de connaître ce qui arrivera bientôt afin d’accomplir Sa Volonté.

    À l’évidence, nous sommes tous, des boiteux, des aveugles, des sourds et des estropiés de la vie, c’est pour cela que l’Auteur de la vie vient à nous.

    Sommes-nous vraiment malades, au point de refuser les cadeaux du Créateur ?

    Toute nouvelle Révélation doit, provoquer un réveil de l’être, un sursaut du cœur, une réaction de l’esprit !

    Son but est de créer chez la créature, une espérance sans faille, une foi nouvelle et une persévérance paisible face aux attaques de Satan et des hommes.

    Il est grand temps, de se regarder dans le miroir de la Vérité, pour se remettre en question, en cause, de voir les choses qui nous freinent, celles qui nous empêchent de voir les Merveilles, qu’Il nous a réservées.

    C’est avec l’esprit d’un enfant, que l’on peut estimer, à sa juste valeur, les trésors envoyés par Ses soins, ne foulons pas aux pieds les perles !

    Il est important de comprendre notre fonctionnement, celui-ci diffère les uns des autres, car ce qui nuit dans l’avancement de notre foi, c’est nous-mêmes. Apprendre à se connaître, dans la présence du Messie, devrait être une priorité.

    N’oublions pas que c’est notre caractère, à l’image du Messie, qui connaîtra les faveurs de la Vie Perpétuelle !

    Il nous faut donc comprendre Son mécanisme, le « pourquoi » et le « but » de l’envoi de Ses nouvelles Révélations !

    Dans la profonde réforme, qu’Il désire opérer en nous, Il veut inscrire Son Dessein, celui qui consiste à L’harceler ou L’éprouver afin d’obtenir des réponses aux questions posées.

    En effet, Il nous habitue à rechercher la Vérité, et pour cela, Il nous envoie des Révélations, comme un test à notre encontre, pour voir si nous avons faim et soif de Lui. Un dessein qui est permanent dans Son Royaume !

    Cette pédagogie est utile, à Lui et à nous :

    À Lui, afin qu’Il vérifie le bien-fondé de l’Amour que nous Lui portons, et là, personne ne peut le tromper !

    À nous, afin que nous puissions prendre de bonnes habitudes, de bonnes dispositions, en vue du Royaume.

    Dans Son Royaume, toutes les questions trouveront des réponses, à plus forte raison, ici-bas, nous devons, toujours, être en recherche, sans se lasser, à vouloir comprendre les desseins du Maître, ceci, avec « Amour » et « cœur » !

    Ses Révélations sont, des bienfaits pour l’âme, Elles enracinent, dans nos cœurs, des certitudes sur notre avenir, la foi devient bouillante et l’esprit veillant.

    Le fait même de, « chercher » à les comprendre, ou, d’avoir à « cœur » de les recevoir, produit cette Assurance que « IHVH Sauve » est avec nous !

    Que faut-il de plus pour notre bonheur ?

    Les chrétiens reprochent aux juifs de ne pas reconnaître le « Messie », alors que ces derniers témoignent, chaque Shabbat, de Son Salut !

    La Parole du Maître est dans la moindre fibre de l’hébreu tandis, qu’Elle est éloignée du cœur du chrétien !

    C’est pour cela qu’il est écrit : « En ces jours-là, dix hommes, de toutes les langues des nations, saisiront un hébreu, par le pan de son vêtement, et diront : nous irons avec vous, car nous avons appris que le Tout-Puissant Élohim est avec vous ».

    Autre chose, nous constatons que « Babylone » s’est ancrée dans le cœur de la nature humaine : économie, religion et politique, famille et patrie.

    Celle-ci freine, retient ou endort, tout est préparé à l’avance, la spontanéité a disparu et la famine spirituelle a apparu.

    Nous avons perdu, peu à peu, cet entrain, cette violence qui nous porte vers l’avant, ce naturel d’enfant.

    N’ayons pas peur de le dire, avant notre sortie de « Babylone », nous aurons eu, tout à apprendre et à désapprendre sur notre caractère, notre comportement, notre pensée et notre langage.

    Il est grand temps de calquer le Caractère de la Parole Vivante sur le nôtre, d’avoir une « volonté » et une « persévérance » dans notre conduite de tous les jours, une énorme « en Vie » de Lui plaire.

    Un renouvellement du cœur et une disposition d’esprit doivent naître en nous, dans les domaines de l’étude, de l’exhortation, de la louange et de la prière.

    La gestuelle et la parole doivent s’adapter à celles des hébreux primitifs fidèles, ceci, le plus naturellement possible, selon les conseils du Très-Haut et du Messie « IHVH Sauve ».

    Ainsi, quand nous aimons le « Père » en Vérité, nous ne voyons plus ces choses comme un fardeau, bien au contraire, comme une guérison.

    Il nous demande, et avec Son Aide, d’effacer en nous, tout ce qui émane du christianisme, de « Babylone », les préceptes, humains et religieux, amassés depuis des siècles, de générations en générations.

    De combattre aussi, les « racines amères » spirituelles et rituelles, en dedans comme en dehors, amassées chez la « prostituée » : le christianisme !

    Si le décryptage d’une Révélation produit, seulement, un acquis, chez celui qui La reçoit, il y a « vice de forme », car cette Révélation doit opérer en nous, des changements radicaux et nouveaux.

    Nous ne sommes pas sur cette terre, pour amasser des tonnes de connaissances, surtout, si celles-ci ne produisent aucune transformation dans nos caractères et dans nos vies.

    Nous devrions plutôt souffrir d’être sous le joug de Babylone, la relation avec le Créateur ne doit pas être une mascarade, une mode ou du folklore !

    Les chrétiens, les juifs, ont remplacé la crainte par une présomption de foi !

    Une certitude des choses à venir, une foi croissante, la présence du Souffle, un dopage contre l’inertie, doivent être les éléments pratiques et révélateurs en nous : l’action supplante ainsi, les longs discours.

    Ceux qui, labourent et retournent, les Révélations de la Parole Vivante ne sont pas pris au sérieux ou alors pris pour des orgueilleux, pourtant ces œuvres ne leur appartiennent pas, simplement, ils les dispensent de la même manière qu’ils les ont reçues.

    Beaucoup, de ceux qui prétendent rechercher le Créateur, passent trop de temps à ergoter ou, à s’opposer aux nouvelles lumières.

    « Nous savons qu’il faut examiner toutes choses et retenir ce qui est bon », trop d’hommes et de femmes, se bornent à se satisfaire du minimum, et par conséquent, ne poussent pas plus loin, leurs recherches spirituelles.

    Quel triste constat ! Or, il y a un grand danger à se satisfaire du minimum spirituel, beaucoup se sont perdus pour cela ! À quand le réveil ?

    Le départ pour Sion dépend de tout ce qui vient d’être dit !

    Celui ou celle, qui n’aura pas rempli sa lampe d’huile, c'est-à-dire, celui ou celle, qui n’aura pas apprécié, à sa juste valeur, Ses prophéties, aura bien du mal à résister aux attaques de la « prostituée », la Rome papale.

    Celui ou celle, qui ne veut pas pénétrer dans ce schéma, ne verra point la lumière, point Israël, point le Royaume !

    Pour « Éfraïm », l’étude des Révélations conduit à mieux appréhender, comprendre, et pénétrer, la Parole vivante, à accomplir Sa Volonté.

    Ne négligeons pas Ses Trésors, qui ont pour but, d’encourager et de développer notre foi, un bienfait pour nos êtres.

    Si nous aimons et enracinons ces choses dans nos cœurs, nous pourrons mieux résister, mieux lutter contre l’ennemi, elles laissent des « traces indicibles » dans le cœur des fidèles.

    Un rouleau de feu de destruction est devant nous, sachons prendre au sérieux les Révélations de la Délivrance, pour que le Tout-puissant Élohim, nous y fasse traverser, sans dommages.

    « Sion » symbolise le caractère du Messie « IHVH Sauve », Ses Prophéties sont là pour nous aider à revêtir toutes les Armes Vertueuses de la Vérité.

    1- Celles du prophète Daniel et la Révélation de Jean ont permis de découvrir, la fin ou la non-existence du christianisme.

    2- Celle d’Ézéchiel (chapitre.38 et 39), nous a fait redécouvrir le retour à la bénédiction entière, du peuple hébreu, circoncis de chair et de cœur, par deux conflits dirigés contre eux, 2 rois du septentrion : Gog et Magog.

    L’étude sur « Éfraïm », symbolise les rachetés des nations ou dix tribus d’Israël, par son union avec « Iéhouda », dans la symbolique : « Jacob » !

    « Sion », marquant Sa Cité, et le caractère du Messie « IHVH Sauve », Son Témoignage, qui est aussi, le « Souffle de prophétie ».

    Après cela, sommes-nous arrivés aux termes de Ses Révélations ?

    Loin de là, nous en sommes qu’aux prémices, aux balbutiements de la Vérité !

    Si nous avons « l’Amour de la Vérité », le Tout-puissant Élohim, nous comblera de Sa Sagesse, de Sa Science, durant la Vie Perpétuelle.

    Il est grand temps de mettre notre « personne » au travail, avec une volonté, doublée d’une humilité, pour le salut de notre âme, triplée d’une espérance sans faille !

    Car, nous sommes entrés dans le temps du Messie « IHVH Sauve », le temps de la Colère du Très-Haut, le temps du Criblage des criblages, le temps de ceux qui L’aiment en Vérité, et, de ceux qui ne l’aiment pas, de ceux qui Le servent, de ceux qui ne le servent pas !

    Le Maître, Élohim, ne laissera « personne » diriger Son Œuvre Immense et Merveilleuse, Une Œuvre Unique et Étonnante !

    La Justice du Créateur « Élohim » et du Messie « IHVH Sauve », n’est accordée, qu’à ceux qui ont « avalé le Petit Livre Ouvert »

    Les 12 « Portes » et les 12 « murailles » (Rév-21).

    « Éfraïm est une génisse bien dressée, aimant à fouler le blé !

    Mais moi, « IHVH Sauve », Je passerai sur son cou superbe, je ferai attelerÉfraïm :

    Il faudra que, Iéhuda (Juda) laboure, mais que, Ya’acov (Jacob) traîne la herse ». (Osée 10 : 11-12).

    « Faites vos semailles selon la justice, et vous moissonnerez selon la Loi d’Amour » : « IHVH Sauve » le Messie !  

     
     

     


    votre commentaire
  •  

     
     

     

    La complète restauration d’ Israël

     

     

     

    En Genèse 13.14-16 Yahweh notre Père Céleste promet le pays de Canaan à Abram. Il lui promet également de multiplier sa postérité (zera en hébreu : semence/sperme). Elle allait devenir telle que la terre entière allait littéralement être remplie de sa semence. Le verset 16 nous rappelle que le jour où cette promesse se réalisera il sera absolument impossible de dénombrer cette postérité car personne ne peut de compter la poussière de la terre ! Cette promesse est claire et ne demande aucune interprétation ni explication supplémentaire. C’est cette même semence qui héritera le pays que nous connaissons sous le nom d’Israël.

     

     

     

    En Genèse 15 versets 1 à 6 nous voyons Abram tenter d’aider Yahweh à accomplir la promesse faite en Genèse 13. Maladroitement et prématurément il propose Eliézer un Gentil (païen)qui n’est pas un de ses descendants physiques pour que la promesse se réalise. Yahweh fait clairement comprendre à Abram que Sa promesse de multiplication « aussi nombreuse que les étoiles »n ’allait pas venir d’un Gentil ni d ’une tierce personne mais bel et bien des ses entrailles. Il ne s’agit pas d ’une adoption mais d’un de ses descendants physiques. La promesse concerne sa propre semence : sa postérité allait être comme les étoiles du ciel. 

     

     

     

    Grâce à la science moderne nous savons que notre système solaire comporte des milliards d ’étoiles. Nous savons également que d ’autres systèmes solaires en comptent tout autant. La quantité d ’étoiles est telle que l ’homme n’est pas en mesure de les compter. Au verset 5 en lui disant « si tu peux »Yahweh défie Abram de compter les étoiles. C’est grâce à sa foi et à sa confiance en Yahweh qu’Abram fut imputé à justice parce qu’il avait cru et qu’il était confiant dans la promesse que Yahweh lui avait faite. Remarquez qu’il y a une seule promesse et non pas plusieurs. Abram fut déclaré juste pour avoir eu foi dans cette promesse. Quelle que soit sa descendance physique elle était littéralement appelée à devenir comme la poussière de la terre comme les étoiles dans le ciel. Cette promesse est à prendre telle quelle. Au premier degré. Toute tentative d ’interprétation spirituelle serait un manque de foi envers les Paroles littérales de Yahweh. Ce fait reviendrait à faire le contraire de ce que fit Abram.

     

     

     

    Cette promesse de multiplication physique et de bénédictions est renouvelée en Genèse 17.4 quand Abram apprend qu’il va devenir le père d ’une multitude de nations ou « hamon goyim ». Nous retrouvons également ce terme au verset 5. Il veut littéralement dire une multitude bruyante de nations païennes (Gentils). Cette semence physique qui va remplir le globe ne sera pas un groupe silencieux de gens religieux mais plutôt une multitude bruyante qui fera connaître Yahweh haut et fort et qui répandra la bonne nouvelle de son amour à l ’humanité. Dans le verset 6 Yahweh dit à Abram qu’Il va le rendre fécond et que des rois vont sortir de lui. Il s’agit bien évidemment des rois qui un jour allaient gouverner la maison royale de David le Messie en sera issu et prendra place sur Son trône. Au verset 7 Yahweh rassure Abram Sa promesse est inconditionnelle et éternelle.

     

     

     

    Après avoir testé la foi d ’Abraham (en Genèse 22)et avoir constaté sa grande obéissance avec la ligature d ’Isaac sur le Mont Moriah Yahweh lui renouvelle Sa promesse. Aux versets 17 et 18 de Genèse 22 Yahweh rappelle à Abraham qu’il va hériter de la promesse avec une multiplication de sa descendance physique. Celle-ci deviendra un jour comme les étoiles du ciel et comme le sable sur le bord de la mer. Au sein de cette semence qui va remplir la terre nous comprenons au verset 18 qu’un Messie allait voir le jour. Par Lui toutes les nations de la terre seront bénies.

     

     

     

    En Genèse 24 au verset 60 la famille de Rebecca prie de manière prophétique pour que les enfants de Rebecca deviennent des « milliers de myriades »et qu’ils dominent leurs ennemis. 

     

     

     

    En Genèse 26.4 nous voyons que la promesse physique faite à Abraham est renouvelée sur son fils Isaac. Une fois de plus on lui annonce que son « zera » (sa semence son sperme) va devenir comme les étoiles du ciel. Cela vous rappelle-t-il quelque chose ? C’est Isaac qui devient l ’héritier de la promesse et non pas Ismaël.
    > Par conséquent lorsque Yahweh réalisera cette grande et précieuse promesse elle ne se fera pas à travers des païens adoptés comme Eliézer ou comme Ismaël (le fils de la chair)mais bel et bien par le fils de la promesse (Isaac) l ’héritier provenant de son propre corps (de sa propre épouse). Galates 4.28 nous confirme que seul Isaac est le fils de la promesse. De quelle promesse s’agit-il ? La promesse de la multiplication de la descendance physique d ’Abraham qui allait remplir la terre et avoir pour territoire le pays de Canaan.

     

     

     

    En Genèse 28.3 nous voyons Isaac bénir Jacob et remettre sur lui et non sur Esaü la prophétie concernant la promesse que Yahweh a faite à Abraham et Isaac. Isaac prie pour que la semence de Jacob soit bénie et qu’elle devienne une « kehelat goyim « ou une multitude (ou assemblée) de peuples. Pour la première fois dans les Ecritures nous avons un aperçu du plan mis en place par Yahweh pour remplir la terre avec la semence d’Abraham d ’Isaac et de Jacob. Le terme hébreu utilisé au verset 3 est « kehelat goyim ». Il signifie une multitude de nations ou encore mieux« une assemblée de païens ». D’une façon ou d ’une autre notre Père Céleste allait remplir la terre avec la semence physique d ’Abraham d ’Isaac et de Jacob en rassemblant une multitude de païens. Le verset 4 nous confirme que ce qu’Isaac est en train d ’accorder à Jacob est la bénédiction d’Abraham. 

     

     

     

    Il est crucial de comprendre qu’Abraham n’a pas reçu différents types de promesses. Il n’est pas question de promesses spirituelles d’un côté et de promesses physiques de l’autre. Nous avons affaire à une seule promesse qui comporte deux aspects/bénédictions physiques. La première concerne la semence qui allait devenir une bénédiction pour toutes les nations c'est-à-dire le Messie Yeshua en personne. La seconde promesse qui était purement d’ordre physique à propos de la reproduction et de la multiplication de ses descendants. En Genèse 28 dans le récit du songe avec l’échelle nous voyons Yahweh dire à Jacob que sa semence allait se répandre comme la poussière de la terre et qu’elle allait se répartir aux quatre coins du globe. Sa postérité allait donc bien s’installer dans le territoire de Canaan mais à un moment donné de Son plan divin Yahweh allait l ’éparpiller aux quatre coins de la terre. Une fois de plus nous avons affaire à la même promesse qui avait été faite auparavant à Abraham. Le terme hébreu utilisé en Genèse 28.14 est « parats ». Il signifie s’étendre. De manière littérale ce mot veut dire accroître et se répandre rapidement.

     

     

     

    Cette promesse de multiplication physique doit provenir d ’Abraham d ’Isaac et de Jacob. Par conséquent elle contrecarre la thèse de l ’Islam et des ismaélites (et celle de tous les érudits bibliques égarés)qui soutient que la promesse voit son application avec les Juifs et les Musulmans. Cela est faux car cette promesse doit venir par l’intermédiaire d ’Isaac et de Jacob et non pas d ’Ismaël et d ’Esaü. Les Ismaélites les Arabes et les peuples Musulmans sont uniquement descendants d ’Abraham. Ils ne sont pas les héritiers promis à Isaac et à Jacob. Ils ne répondent pas et nous devons bien insister sur ce point aux conditions de Yahweh stipulant que la multiplication physique proviendrait d ’Abraham d  ’Isaac et de Jacob. La foi musulmane n’a rien à voir avec celle d ’Abraham. Pour avoir la foi d ’Abraham il faut être certain que la semence choisie est celle d ’Isaac et non pas celle d ’Ismaël !

     

     

     

    Nous voyons Yahweh approfondir la question en Genèse 35.10 lorsqu’Il déclare à Jacob qu’il ne serait plus appelé de la sorte mais que son nom serait désormais Israël. Israël veut dire celui qui en tant que prince a lutté avec Yahweh et qui a remporté la victoire. Après être devenu Israël Jacob va produire la semence qui va conduire à l’établissement d’une nation puis d’une multitude de nations. Cette nation était appelée à devenir la nation juive et la multitude des nations quant à elles le « kehelat goyim »c’est à dire l ’assemblée des nations (païennes). Tout cet ensemble provient du propre corps de Jacob/Israël.

     

     

     

    Si nous faisons un bond dans le temps nous voyons Israël ce grand patriarche mourir dans le territoire de Gochên en Egypte. Juste avant sa mort il rassembla tous ses enfants à son chevet trouva la force de s’appuyer sur son bâton et par l’intermédiaire du Saint-Esprit (Ruach HaKodesh)prophétisa sur les événements qui allaient survenir dans les derniers jours. La Brit Chadasha (la Nouvelle Alliance) fait référence aux prophéties qu’Israël a faites sur son lit de mort comme un acte d’adoration. En Genèse 48.5nous le voyons adopter Ephraïm et Manassé (les fils que Joseph a eus en Egypte)comme ses propres enfants. C’est à ce moment là qu’il donne ses dernières volontés à Joseph. Jacob adopte officiellement les enfants de Joseph son fils préféré afin qu’il puisse à travers eux recevoir une double portion des bénédictions (verset 22). Au verset 16Jacob appelle ses deux petits enfants Israël. Non seulement il les adopte mais il déclare de manière prophétique que les promesses physiques concernant la multiplication allait se réaliser à travers eux. Après avoir dit « qu’ils soient appelés de mon nom et du nom de mes pères Abraham et Isaac »c'est-à-dire après qu’ils deviennent les enfants d ’Israël il pria pour qu’ils deviennent une multitude. Le terme hébreu employé pour définir la multitude peut se lire « une multitude grouillante de poissons ». Il est intéressant de se souvenir que la personne qui déclara qu’Il allait faire de nous des pêcheurs d ’hommes n’est autre que notre Messie Yeshua. Se pourrait-il que les gens à qui Il faisait allusion fassent partis de la « multitude grouillante de poissons » provenant d’Ephraïm et de Manassé ?

     

     

     

    Alors qu’Israël s’apprête à donner sa bénédiction il place sa main droite sur la tête d’Ephraïm au lieu de celle de Manassé le premier né de Joseph. La main droite est symbolique des bénédictions accordées au premier né elle aurait dû être attribuée à Manassé. Quoi qu’il en soit malgré les protestations de Joseph Israël croisa ses mains et plaça sa main droite sur la tête du second de ses fils c'est-à-dire sur la tête d ’Ephraïm. Lorsque Joseph fait la remarque à son père Israël  lui répond qu’il sait très bien ce qu’il est en train de faire. Bien que Manassé soit appelé à devenir une grande nation Ephraïm serait encore plus grand que lui. En Genèse 48.19 nous trouvons une des prophéties les plus importantes et fascinantes des Ecritures. En bénissant Ephraïm à la place de son frèreI sraël déclare que la semence ou le zera d’Ephraïm allait devenir le « maleh goyim »c'est-à-dire la plénitude des Gentils (nations païennes). En d’autres termes la descendance physique promise à Abraham à Isaac et à Jacob allait remplir la terre et allait être aussi nombreuse que le sable de la mer que la poussière de la terre et que les étoiles du ciel. Cette descendance allait désormais se réaliser par l’intermédiaire d ’Ephraïm. Ce dernier serait l ’instrument de cette grande et précieuse promesse de multiplication qui allait voir le jour. En français une meilleure traduction des mots « maleh goyim » est la « totalité des païens ». Si ce terme vous semble familier c’est normal ! Il s’agit d’une expression tirée de Romains 11.25. Paul la cite comme un instrument qui « sauverait » l’ensemble d ’Israël. Dans le Tanah (Ancien Testament)nous ne retrouvons qu’une seule fois le terme « maleh »dans le Psaume 24.1. Le psalmiste déclare que la terre ce qu’elle renferme et ceux qui l ’habitent appartiennent à Yahweh. En d’autres termes la totalité de la terre appartient à Yahweh. Il n’y a rien qui ne soit pas à Lui. Il est fort probable que toute personne sur terre d’une manière ou d ’une autre provient de la semence d ’Ephraïm. C’est dans cette semence que se trouvent toutes les bénédictions de multiplication physique. Nous reviendrons sur ce point un peu plus loin.

     

     

     

    Non seulement nous voyons Ephraïm recevoir le droit d ’aînesse au détriment de son frère aîné Manassé mais Israël dénie également ce droit à son premier-né Ruben (Genèse 49.3-4)qui avait souillé sa couche avec l ’une de ses concubines. En recevant les bénédictions du premier-né d’Israël Ephraïm est en fait positionné devant Ruben Joseph et Manassé. 1 Chroniques 5.1-2 et Jérémie 31.9 nous confirment cette vérité essentielle. Quelques précisions sont néanmoins nécessaires. Dans la culture orientalele droit d’aînesse était essentiel pour établir l ’autorité sur la maison du père. Une fois mort l ’autorité revenait de droit à l ’aîné qui recevait le pouvoir le respect la grandeur et le droit de décision sur toutes les affaires familiales les transactions et la bonne tenue de la maison. Le droit d ’aînesse accordait à l’aîné la permission de prendre la suite de la maison du père lors des absences du père et après la mort du père. Isaac a reçu ce droit de la part d’Abraham tout comme Jacob l ’a reçu de la part d’Isaac quoique de manière trompeuse (en apparence car voulu par Yahweh). Avec le droit d 'aînesse venait le pouvoir voilà pourquoi ce titre était très convoité.

     

     

     

    Lorsqu’Israël donna le droit d ’aînesse à Ephraïm il lui accorda mais avec une certaine réserve. Nous le voyons en Genèse 49.8-10 où Juda reçoit la prédominance et le pouvoir de gouverner sur la Maison d’Israël ! Au verset 9 il est mentionné que tous les enfants d ’Israël se prosterneront devant la royauté de Juda qu’ils plieront les genoux et rendront hommage au lion de Juda. Le verset 10 fait référence au Schilo. Schilo signifie « l’envoyé » ou le Oint le futur Messie le Roi d ’Israël qui sortira de la lignée des rois de Juda. Hébreux 7.14 est clair : Yeshua est le Schilo sorti de la tribu de Juda. Quelle pagaille ! Jacob a-t-il fait une grossière erreur ? A-t-il créé le trouble en établissant Ephraïm en tant qu’aîné en lui attribuant seulement un titre sans autorité et sans prédominance sur ses frères ? A-t-il fait d’Ephraïm une marionnette sans pouvoir un peu comme la Reine d ’Angleterre ?

     

     

     

    Une chose est certaine. Jacob a entraîné une division au sein des fils d ’Israël. Un des fils a reçu le droit d ’aînesse alors que l ’autre Juda a obtenu le droit de régner ! A quoi peut servir un droit d ’aînesse sans l ’autorité qui va avec ? Les enfants d ’Israël allaient se soumettrent à la semence de Juda et non à celle d ’Ephraïm mais la semence d ’Ephraïm allait devenir la multitude des Gentils (nations/païens). Juda allait gouverner sur la Maison d ’Israël mais Ephraïm porteur de la promesse faite aux patriarches allait amener la semence promise et remplir le globe. Bien évidemment Israël savait ce qu’il faisait. Il opérait sous l’action du Saint Esprit. Il a séparé l’autorité et les bénédictions entre les deux frères qui allaient continuer à se battre pour la plénitude de la bénédiction. Ce différent allait devenir une véritable bataille pour le titre d ’Israël. Qui est Israël ? Quelle ironie ! Selon Genèse 49.10 le Lion de Juda (le Messie Yeshua) sera Celui qui ramènera les païen sou les nations provenant de la semence d ’Ephraïm à la Maison d ’Israël !

     

     

     

    Après la promesse de multiplication physique et la mort d ’Israël la multiplication des enfants d ’Israël en Egypte a commencé à troubler Pharaon qui ne connaissait pas Joseph. Il réduisit les hébreux à l ’esclavage .Il a fallut que Moïse notre grand libérateur vienne à la rescousse d ’Israël pour le sortir de sa pauvre condition. Comme nous l ’enseigne l ’histoireMoïse conduisit les 12 tribus hors d ’Egypte jusqu’au Sinaï où elles reçurent la Thora. Les 12 tribus s’installèrent ensuite dans le pays de Canaan. Après la période des juges et le règne du Roi Saul David fut oint Roi sur l ’ensemble d ’Israël. A l ’époque du Roi David nous voyons la maison de Juda gouverner sur l ’ensemble de la nation d ’Israël les 12 tribus étaient alors unies sous la monarchie davidique. Tout se passa plus ou moins bien jusqu’à ce que Salomon le fils de David commence sa débauche physique et spirituelle. A cause de ses péchés Yahweh lui révèle que le royaume sera scindé en deux pendant le règne de son fils Réhoboam (1 Rois 11.11-14). Yahweh révèle également à Jéroboam l ’un des talentueux artisans de Salomon un Ephraïmite que suite au schisme qui allait se produire dans le royaume d ’Israël après la mort de Salomon il recevrait 10 tribus. Cette prophétie fut donnée par l ’intermédiaire du prophète Ahiyah. Les 12 tribus en tant que royaume d ’Israël connurent leurs derniers jours de gloire sous le règne de David (puis de Salomon). Aux alentours de 921 avant JC les 10 tribus du nord se séparèrent de la Maison de David. Elles prirent le nom d ’Israël et firent de Samarie leur capitale. Juda Benjamin et Levi au sud établirent leur capitale à Jérusalem. Réhoboam dirigea le royaume du sud (lire 1 Rois 11.26-43). Réhoboam était en train de lever une armée pour reprendre le contrôle sur les tribus du nord lorsqu’en 1 Rois 12.24 Yahweh le lui interdit. Il lui dit que la division de la Maison de David vient de Lui et qu’il ne faut pas combattre contre ses frères.

     

     

     

    Cette division qui a eu lieu en 921 avant JC. C’est l’accomplissement littéral de l ’onction prophétique prononcée par Jacob sur ses fils qui divisa sa famille. Il scinda le droit d ’aînesse entre Ephraïm et Juda. C’est pourquoi dans 1 Rois 12.24 Yahweh nous dit que cette division vient de Lui. Il la désira et l ’ordonna pour que se réalise la promesse qu’Il avait faite aux patriarches. Il s’agit tout particulièrement de la promesse de multiplication des descendants physiques d’Abraham. Les moyens choisis et mis en œuvre par notre Père Céleste impliquaient la division de la Maison de David. Nous verrons pourquoi un peu plus loin ! 

     

     

     

    Ce qu’initia Jacob se jouait désormais de manière naturelle. Le royaume du Nord composé des dix tribus commença à adopter des pratiques païennes des fêtes des coutumes des faux cultes . Malheureusement Jéroboam devint le père d ’Ephraïmites païens. Dans 1 Rois 12.26-33 nous voyons le cœur maléfique de Jéroboam fils de Nebat en action. Il manigance un plan pour que les 10 tribus connues en tant que Maison d ’Israël ou Ephraïm se lancent dans la pratique d ’une fausse religion pour les garder séparées de Juda et de son Elohim (Dieu). Comme nous allons bientôt nous en rendre compte Ephraïm allait un jour devenir un ensemble d ’individus « cachés » au sein d ’une Eglise Chrétienne qui a adopté les pratiques païennes de Jéroboam. Le plan de Yahweh consiste à rassembler cet Ephraïm dispersé en Yeshua. Le système mis en place par Jéroboam avait pour dessein de créer une entité composée des 10 tribus du nord séparée de celle de la Maison de David. 

     

     

     

    Cette séparation entraîna la débauche et le départ d ’Ephraïm de la famille d ’Israël. Le jugement de Yahweh tomba approximativement en 721 avant JC. Il envoya le roi assyrien Tiglath-Piléser III détruire complètement la Maison d ’Ephraïm les 10 tribus du nord. Parce qu’Ephraïm s’est prostitué en soulevant sa jupe devant toutes les déités étrangèresYahweh déclara qu’Il allait le passer au crible le dénuder devant les nations païennes et mettre fin au royaume du nord d ’Israël. Cette sévère punition allait se concrétiser par une dispersion et une assimilation des 10 tribus au sein des nations païennes du monde entier. Lubricité mauvais penchants et tout ce qui est païen avaient pris tant d ’importance que Yahweh permit que les 10 tribus deviennent exactement ce qu’elles souhaitaient si désespérément être. Nous voyons donc que le premier holocauste subi par les enfants d’Israël fut celui de 721 avant JC. En apparence les 10 tribus d ’Israël disparurent et devinrent perdues aussi bien sur le plan spirituel que sur le plan physique. Ainsi naquirent les 10 tribus perdues d ’Israël.

     

     

     

    Cette rupture était choisie par Yahweh pour accomplir la séparation familiale initiée par Jacob lui-même. Cela permettait que se réalise la promesse faite aux patriarches. Les 10 tribus sont-elles réellement perdues ? Peuvent-elles être retrouvées ? Ont-elles été détruites ou bienont-elles été sauvegardées d ’une certaine manière ? Le Messie est-Il venu pour restaurer le Tabernacle de David tombé en 920 avant JC ? Les 10 tribus perdues d ’Israël sont-elles devenues païennes pour ensuite être réunies de nouveau dans la maison d’Israël par le ministère du Messie ? Sont elles devenues le "maleh goyim” ou la « totalité des païens » (ou plénitude des nations) promise à Abraham Isaac Jacob et Ephraïm évoquée dans l’épître aux Romains ? Essayons de le découvrir !

     

     

     

    Le livre d ’Osée est le meilleur endroit pour entamer nos recherches et retrouver l ’autre maison d ’Israël Ephraïm. Comprendre la prophétie de la restauration des 12 tribus de la Maison de David c’est voir qu’après la division survenue en 921 avant JC Yahweh ne se réfère plus à une seule maison. Yahweh se réfère désormais à deux maisons d ’Israël ! Lorsqu’Il parle aux (10) tribus du royaume du Nord Il emploie les termes Israël ou Ephraïm. Lorsqu’il se rapporte au royaume du Sud Il parle de Juda. Il est constamment en train de séparer ces deux entités. Sans savoir cela il est difficile de comprendre l ’ensemble des écrits des prophètes d ’Israël après la division de la Maison de David. Retenez bien que : depuis 921 avant JC il y a deux maisons d ’Israël. Si vous avez saisi cette vérité alors vous allez instantanément devenir expert en prophétie !

     

     

     

    Au chapitre 1 du livre d ’Osée Yahweh demande au prophète envoyé dans le royaume du nord d ’Israël de prendre pour femme une prostituée. Cela donne un aperçu de ce que les 10 tribus ont fait à Yahweh. Après avoir cohabité avec sa femme Gomer Osée prénomme leur fille« Lo-Ruhammah » (verset 6). Ce nom signifie“pas de pitié »“pas de compassion”. Au verset 4 nous voyons Yahweh mettre un terme à la Maison du nord et au verset 6 Il promet de ne plus jamais faire preuve de pitié vis-à-vis d ’Israël. Au verset 7 en revanche Yahweh dit qu’Il aura pitié de la Maison de Juda (le royaume du Sud). Au verset 9 le couple engendre un garçon que Yahweh lui demande de nommer « Lo-Ami »car leur dit-Il« vous n’êtes pas mon peuple et je ne suis pas votre Dieu ». Lorsque Yahweh est contre vous la partie est terminée. Israël/Ephraïm vient d ’être appelé « Lo-Ami »qui signifie« plus mon peuple ». Cela veut dire adios ciao bye ! Plus de pitié plus de royaume vous n’êtes plus mon peuple Yahweh est désormais contre vous. Nous voyons clairement ici la fin des 10 tribus du nord en tant que nation devant Yahweh. Il s’agit d’un divorce et d’un rejet catégorique. Osée 7:8 8:8 9:11 9:17 10:1 12:1 et d’autres passages nous confirment que la situation d ’Ephraïm va devenir critique. Il n’est plus le peuple de Yahweh il est sur le point d ’être englouti par les Gentils (les nations païennes). 

     

     

     

    Ceci dit nous voyons une déclaration surprenante au verset 10 (Osée 1.10 ou 2.1 selon les versions). En dépit de l’arrêt de mort prononcé contre les 10 tribus en tant que royaume ou nation nous constatons de manière « miraculeuse »les enfants d ’Israël réapparaîtront nés de nouveau dans les derniers jours. Ce verset commence par la phrase suivante : « Cependant le nombre des enfants d ’Israël sera comme le sable de la mer ». Nous avons affaire ici à un royaume totalement détruit et englouti parmi les nations puis les enfants d ’Israël réapparaissent miraculeusement. Ces derniers vont jusqu’à être comparés au sable de la mer ! Ce terme vous est-il familier ? Il le devrait ! Il s’agit de la promesse faite aux patriarches et à Ephraïm. Ce verset nous apporte une indication supplémentaire et nous renvoie à un autre passage évoquant les 10 tribus perdues comparées au sable de la mer qui ne peut être compté. Ces tribus sont appelées par Yahweh les enfants de Dieu (Elohim) ! Connaissez-vous aujourd’hui des personnes qui se réfèrent et qui se revendiquent comme étant les enfants du Dieu vivant Yahweh ? Ne cherchez pas plus loin ! La communauté des croyants Gentils nés de nouveau n’est rien d’autre que l’ancienne Maison d ’Israël dispersée parmi les nations. Dans ce verset Yahweh déclare que lorsqu’Ephraïm sera rassemblé les enfants d ’Israël  formeront Son peuple Son « Ami ». Les enfants d ’Israël seront devenus des fils du Dieu vivant par leur foi (Osée 2.21-23 ou 2.19-21)Il sera leur Elohim. Les choses ne peuvent pas être plus claires. Une nation qui arrive à sa fin qui disparaît qui se perd puis qui soudainement réapparaît en tant que fils et filles de Yahweh dans les temps de la fin ! Au verset 10 Dieu Lui-même nous rappelle que ce groupe de personnes n’est autre que l ’ancienne maison de Jéroboam la Maison d’Israël. En Osée 1.11 nous voyons le retour des 10 tribus perdues au sein de la Maison de David. Une telle réunion se produit lorsque tous les israélites perdus se tournent et choisissent le même « Maître » que les juifs messianiques. Ce « Maître » est la Tête du corps composé de Juifs d’Ephraïmites et peut-être aussi de quelques véritables Gentils tous restaurés au sein de Yahweh en tant qu’individus rachetés. Tous ces individus proviennent des deux maisons et sont en train d ’apprendre à faire confiance à leur Dieu personnel et à s’appuyer sur Yeshua leur Sauveur ! Le verset se poursuit avec le jour où les descendants de Juda et les Ephraïmites pointeront vers Yeshua le Roi de leurs vies. Ce n’est pas pour créer une entité appelée « Eglise »qui remplace les Juifs mais il s’agit plutôt de la journée de Jizreel. Jizreel signifie la replantation de ceux qui étaient dispersés ! Baruch HaShem Yahweh. Notez qu’au verset suivant (Osée 2.1)les descendants de Juda et les Ephraïmites qui font de Yeshua leur Tête (au jour de Jizreel lors de la réunion au sein de la Maison de David) ne regarderont plus leurs frères et sœurs comme étant seulement des frères et sœurs spirituels ils les verront sous une nouvelle lumière. De quelle lumière s’agit-il ? Celle qui fait d ’eux les enfants du peuple de Yahweh“Mon peuple”“Ami”les os de mes os la chair de ma chair. Lorsqu’Ephraïm et Juda seront régénérés de façon individuelle et rassemblés dans le Tabernacle reconstruit de David alors nous commencerons à nous reconnaître en tant que frères de sang en tant qu’israélites physiques venant de diverses branches de la famille. Chacun de nous aura été racheté par le Sang de l’Agneau !

     

     

     

    Rappelez-vous qu’en Matthieu 15.24 Yeshua nous déclare sans équivoque qu’Il est envoyé pour les brebis perdues de la maison d ’Israël et pour personne d ’autre. Remarquez bien qu’Il ne nous dit pas qu’Il est venu pour les Gentils ou pour les Juifs. Il n’est pas seulement venu pour les Juifs parce qu’ils sont des descendants des deux tribus du sud qui formaient le Royaume de Juda. Yeshua n’était pas intéressé par les Gentils (païens). Pourquoi ? Tout simplement parce que ceux qui répondent à Son appel et qui reviennent dans le Tabernacle reconstruit de David sont des brebis perdues de la maison d ’Israël. Ces brebis perdues ressemblent à des Gentils elles agissent comme des païens : elles se comportent comme eux elles mangent du porc et en cassent le shabbat. Cela fait 2700 ansque ces brebis sont devenues païennes après avoir adopté la manière de vivre des Gentils. Bien évidemment lorsqu’elles reviennent elles ne ressemblent pas aux israélites qui pratiquent et qui sont fidèles à la Torah. Vous avez le choix entre croire ce que nous disent Yeshua et les autres prophètes ou bien vous concocter votre propre théologie. « Il répondit : Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël » (Matthieu 15.24). Cela comprend les Juifs mais aussi l ’autre maison d ’Israël. Tous les deux sont frères dans la chair. Où voulez-vous trouver la semence d’Ephraïm ailleurs que parmi toutes les nations du globe ? Paul Pierre et les autres partageaient la bonne nouvelle de l ’évangile avec les Gentils parce qu’ils savaient que c’était parmi eux que se trouvait Ephraïm. Amos 9.9 nous dit qu’aucun grain ou qu’aucune personne ne tomberait pour être détruite malgré la dispersion parmi les Gentils (les nations). En d ’autres termes les fils d ’Israël n’allaient pas disparaître mais allaient se mélanger pour devenir littéralement les gens qui peuplent la terre. Dans les derniers temps les fils d ’Israël allaient revenir à Yahweh individuellement. La Grande Mission confiée aux disciples (Mathieu 28 18-20)c’est une recherche planétaire de la semence d ’Ephraïm de la multitude grouillante de l ’humanité le comme le sable de la mer comme la poussière de la terre. Bien évidemment une partie de cette recherche concerne aussi Juda. Jacques atteste cette vérité lorsqu’il rappelle au Concile de Jérusalem que Yahweh ne faisait qu’envoyer des appelés pour visiter les nations païennes non pas pour y vivre mais pour y prêcher l ’évangile en vue de secourir et de faire sortir le peuple sur lequel Son Nom est invoqué (Actes 15.14-17). A travers ce sauvetage Jacques nous rappelle que Yahweh est en train de relever la Tente (le Tabernacle) de David composée des 12 tribus d’Israël. Dans la mesure où Il est le Dieu d ’Israël Il fait sortir et vient à la rescousse des israélites qui jusqu’à maintenant avaient un « statuts de proscrits » à cause de leur héritage et la désobéissance à la Torah. Qu’ils en aient conscience ou non qu’ils le réalisent ou pas ces gens sont des israélites ! N’est-ce pas là la signification de l ’expression être perdu ? Perdu à la fois sur le plan spirituel et physique !

     

     

     

    Après trois ans et demi de ministère terrestre lorsque Yeshua est sur le Mont des Oliviers et qu’il va remonter au ciel Ses onze disciples (talmidim) viennent le voir et Lui posent tous la même question. N’est-ce pas fascinant ?surtout que les onze étaient rarement sur une même longueur d’onde ils passaient leur temps à se chamailler et à se poser des questions cherchant à défendre leur propre point de vue. Ils posèrent tous la même question : Seigneur est–ce en ce temps que tu rétabliras le royaume d ’Israël (Actes 1.6) ? Voici quelle était leur préoccupation. Il ne s’agissait pas de la création ou de la mise en place d ’une entité séparée appelée « Eglise »pour remplacer ou détruire le peuple de Juda. Comprenons bien que le mot « Eglise »n’est rien d ’autre que le mot assemblée ou ekklesia que nous voyons tout au long de la Bible. Cette même assemblée qui a reçu la Torah sur le Mont Sinaï (Actes 7.37-38). Il n’y a qu’une seule assemblée dans la Nouvelle Alliance. Paul la nomme l ’Israël de Yahweh (Galates 6.16). En revanche il n’existe aucune entité distincte appelée “Eglise”avec son Shabbat distinct et un planning différent pour les jours saints. En espagnol  en français et dans presque tous les autres langages mikra (en hébreu) ou ekklesia (en grec) veut dire « appelé hors de ». Ce n’est qu’en anglais (et en français !) que nous retrouvons ce terme « Eglise » (mot dérivé d ’un rituel sanguinaire païen)qui sous-entend que Yeshua a voulu mettre en place quelque chose de nouveau. Tout ce qu’Il a fait consistait à recréer l’assemblée des adorateurs de la Parole en les remplissant de Son Esprit. Lorsque vers 175 avant JC la Bible fut traduite de l’hébreu au grec (la Septante)chaque traducteur a traduit le mot mikra en ekklesia. C’est exactement ce que Yeshua en personne nous dit être venu construire (Matthieu 16.16-19) ! Le manuscrit le plus ancien écrit en araméen (un dialecte de l’hébreu)en notre possession aujourd’hui nous confirme l ’absence du mot « Eglise ». Le mot « assemblée » était utilisé à la place. A cause de la jalousie et de la haine d ’Ephraïm envers son frère Juda à cause de son attirance démesurée pour tout ce qui est païen et étranger à la Torah (tel pèretel fils)l’« Eglise » est devenue une entité séparée inspirée par l ’Homme. Cette « Eglise » s’est séparée totalement de la famille de Jacob et de la richesse des ses racines hébraïques c’est pourquoi dans son état actuel cette « Eglise » est absolument méconnaissable pour les Juifs et souvent pour Yahweh Lui-même ! Ce divorce volontaire d ’Israël a rendu « l’Eglise » dépourvue de ce qui pourrait provoquer la jalousie de son frère Juda. Cette entité n’est rien d ’autre qu’une religion humaine égarée loin de l’alliance du peuple d ’Israël.

     

     

     

    L’évangile de la bonne nouvelle n’est pas seulement une proclamation pour notre salut personnel. Il s’agit également d ’un message de restauration national pour ramener l ’unité au sein de cette famille divisée : les deux maisons d’Israël. Matthieu 24.14 nous rappelle que l’évangile concerne la bonne nouvelle du royaume. Au chapitre 12 de Matthieu Yeshua nous parle du principe d ’un royaume divisé ou d ’une maison divisée qui ne peut subsister et résister aux flèches de Satan ! De quel royaume s’agit-il ? Du royaume d ’Israël ! Dans Luc 24.21Les disciples sont grandement déroutés. Tous s’attendaient véritablement (et nous pouvons les comprendre)à voir les 12 tribus restaurées et réunies sous le règne du Messie Yeshua. D’où vient une telle idée ? Dans Jérémie 23.3-6nous voyons Yahweh déclarer que lorsque le Messie viendrait Il rassemblerait Israël et Juda de leur dispersion. Aux versets 5 et 6 il est annoncé que Juda sera sauvé et qu’Israël aura la sécurité dans sa demeure. Nous voyons la réunification des deux maisons par le Messie c’est à dire la réunification de l ’ensemble des douze tribus sur la terre d ’Israël. Souvenez-vous que pour que la Maison de David soit pleinement restaurée et reconstruite il est nécessaire qu’elle soit composée comme l ’assemblée qui quitta l ’Egypte qui reçut la Thora et qui fit les jours glorieux du Roi David. Les douze tribus doivent être réunies ! Toute renaissance ou mouvement de restauration qui ne prend pas en compte l ’ensemble des 12 tribus comme une famille (s’appuyant seulement sur deux des douze entités)ne va pas dans le sens d ’une véritable restauration globale. Il ne s’agit pas d’une menace pour les leaders messianiques juifs. Pour que les juifs messianiques puissent continuer à expérimenter les bénédictions accordées par Yahweh à la fin des temps ils doivent élargir leur vision pour inclure tout Israël. Une fois que la vérité sur les deux maisons d ’Israël est reconnue Ephraïm doit renoncer à tout ce qui est païen doit se tourner vers ses racines israélites doit changer sa manière de vivre et reconnaître la sainteté qui est dans la Torah. La renaissance d ’Israël dans les derniers jours et la survie des mouvements juifs messianiques modernes posent la question de la structure et des leaderships. Cette restauration finale de Juda et d ’Ephraïm (« Tikun HaOlam ») est bien évoquée en Ezéchiel 37.11-28 ! Il n’est pas bon pour les étudiants bibliques et pour les leaders messianiques de croire et d ’enseigner que Juda Ephraïm et Israël sont identiques. Ces termes ne sont pas analogues synonymes ou interchangeables. Leurs usages ne dépendent pas de l ’humeur de Yahweh. Historiquement cela est incorrect et théologiquement cela est trompeur. Si depuis 720 avant JC Yahweh est capable de différencier deux maisons qui sont toujours séparées aujourd’hui pourquoi penser différemment ?

     

     

     

    Retournons à notre Bible et lisons ! Pour bien comprendre qu’à chaque fois que Yahweh se réfère aux 10 tribus il s’agit toujours d ’Ephraïm ou d ’Israël et à chaque fois qu’Il fait référence aux 2 tribus du sud il s’agit toujours de Juda. Allez-y ! Vos yeux vont s’ouvrir sur la véritable sur l ’éternelle « Tikun HaOlam » (la restauration finale entre Juda et Ephraïm). Si vous vous obstinez à lire vos Bibles sans prendre en compte cette idée fondatrice alors il y a de fortes chances que vous trouviez notre Père répétitif et confus. Il emploie des termes se référant à deux nations alors qu’en fait il y en a qu’une. Evidemment si nous nous basons sur ce faux raisonnement nous constatons que Yahweh en personne n’est pas prompt à identifier et à localiser ceux qui ont été bannis d ’Israël (Ephraïm) ! Pouvons-nous imaginer une seconde que tel soit le cas ? Bien-sûr que non ! Vous et moi ne savons peut-être pas où regarder pour trouver les 10 tribus mais soyons rassurés Yeshua Lui le sait parfaitement. C’est exactement ce qu’Il a fait sous notre nez depuis les 2000 ans. Sa mission était telle qu’elle est décrite en Esaïe 49.5-6. Pendant tout ce temps nous étions occupés à nous agiter dans des rivalités et à nous chamailler comme deux frères.

     

     

     

    La question est la suivante : Qui allez-vous croire ? Ceux qui nous parlent d ’un Israël composé de deux tribus ou ceux qui mettent en avant un Israël composé de 12 tribus que Yahweh a juré de répandre sur l ’ensemble de la terre ? Sachant qu’Il est fidèle vous pouvez être sûrs que quasiment tous les habitants de la planète ont du sang israélite. La bénédiction de la multiplication à partir de la semence d’Ephraïm qui devait remplir la surface du globe s’est réalisée à travers son exil et son assimilation au sein des nations (mariages croisements). Si la terre est remplie de sang israélite reste-il de la place pour ceux qui n’ont pas une telle consanguinité ? Si cette promesse faite à Abraham à Isaac et à Jacob s’est réalisée uniquement par le peuple juif (environ 16 millions de recensés chiffre facile à établir) alors la promesse faite aux patriarches par Yahweh est un pur mensonge ! Yahweh nous aurait menti ! 16 millions de juifs ne constituent pas une multitude indénombrable. 16 millions de juifs pourraient habiter sans problème dans un territoire comme l’Etat de Floride. La promesse de multiplication physique n’a pas été uniquement réalisée par Juda ! En pratique cela est numériquement impossible ! La question n’est pas de savoir si chaque personne sur terre a du sang israélite ou pas. Nous devons nous poser la question suivante : Yahweh nous a-t-Il menti et annoncé des demi-vérités ? Ses Paroles sont-elles à prendre de manière littérale ?

     

     

     

    L’enseignement sur les deux maisons suggère la vérité selon laquelle Ephraïm et Juda ainsi que quelques Gentils (?)composent des milliards d ’êtres humains. Sur ces 5 ou 6 milliards un reste d ’Israël parmi les 12 tribus est en train d ’être sauvé et se réconcilie avec Yahweh à travers le sang précieux de Celui qui a déclaré : « je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël » (Matthieu 15.24) ! Qui allez-vous croire ? Ceux qui font la promotion de deux entités séparées et qui nous parlent de deux Israël (un Israël physique et un Israël adopté de manière spirituelle)ou bien Yahweh ? L’Israël de Yahweh est un Israël physique rempli et dirigé par le Saint-Esprit. Chacun des membres provient d’une des 12 tribusils ne sont pas physiquement adoptés par Israël mais doivent tous appartenir juifs et non juifs à la famille de Yahweh ! C’est à vous de choisir ! Les descendants de Juda qui ont reconnu le Messie et qui ne s’intéressent pas au reste de la famille ont une forme d ’orgueil ils sont autocentrés. Cela peut expliquer leur attitude insouciante et négligente. Il est possible aussi que Juda soit trop occupé à gérer sa diaspora et du coup ne se sent pas concerné pour retrouver la trace de son frère (Ephraïm). Quelle que soit la véritable raison Yahweh s’occupe des deux familles qu’Il a élues (Jérémie 33.24).

     

     

     

    N’est-il pas intéressant de noter que la promesse concernant la Nouvelle Alliance exposée dans Jérémie 31.31-34 nous montre Yahweh fait alliance avec la maison d ’Israël et la maison de Juda ? A aucun moment il n’est question d ’une alliance faite avec les païens ou avec les chrétiens. La maison d ’Israël que Jérémie mentionne n’est autre qu’Ephraïm les non juifs nés de nouveau. Rappelez-vous que tous les Juifs sont Israélites mais que tous les Israélites ne sont pas Juifs. Dans la Jérusalem céleste d ’Apocalypse 21.12 les nés de nouveau s’apprêtent à entrer dans la ville par l’une des 12 portes pour la vie éternelle. Chaque entrée porte le nom d’une tribu. Cela ne vous fait-il pas sourire de voir que Yahweh a oublié de faire une porte pour les chrétiens les « païens sauvés ». Etrange n’est-ce pas ? La raison est que tous ceux des deux familles physiques qui font partie de la Nouvelle Alliance d’Israël sont des descendants d ’Israël à quelques exceptions prêts. Selon la Torah même ces exceptions deviennent Israélites ! Nous reviendrons plus en détails sur cette question plus tard.

     

     

     

    En Jérémie 31.3-22 nous lisons une description détaillée du retour d ’Ephraïm (les 10 tribus) sur la terre promise. Toute aliyah ou tout programme favorisant le retour des Juifs pour vivre en Israël doit inclure tout Israël Ephraïm y compris. Cela sera le cas dans l ’avenir. Dans les versets mentionnés ci-dessus nous voyons les 10 tribus replantées sur les montagnes d ’Israël. Un tel scénario vous pose-t-il un problème ? Visiblement cela n’en pose pas à Yahweh ! Notre vision est trop étroite. Nous devrions avoir la même que celle de Yeshua et des 12 disciples. Au lieu de voir seulement la renaissance des 2/12° d ’Israël nous devrions voir l ’ensemble des 12 tribus. C’est Yeshua en personne qui a promis aux 12 disciples (talmidim) un règne millénaire sur l ’ensemble des 12 tribus (visibles reconnaissables rassemblées) dans l ’Israël du millénaire (Matthieu 19:28). Zacharie 8.22-23 se réfère tout particulièrement à dix hommes représentant le retour des 10 tribus. Ces hommes saisiront un Juif né de nouveau par le pan de son vêtement (en attrapant ses tzitzits)et lui déclareront qu’eux aussi veulent retourner à Sion et à la Torah. Notez que ces 10 hommes parlent l ’ensemble des langues des nations du monde. Dans ce passage nous assistons au retour de tout Israël en Israël !

     

     

     

    Dans Jacques 1.1Jacques adresse son épître aux douze tribus qui sont dans la dispersion. Manifestement il savait que le corps de Yeshua auquel il s’adressait n’était rien d ’autre que les 12 tribus d ’Israël réunies et rachetées par le sang de Yeshua. C’est à eux qu’il se référait dans ces termes ! Si les 10 tribus devaient rester perdues et introuvables pourquoi Jacques leur a-t-il écrit en les appelant mes frères au verset 2 ? Il parait manifeste que Jacques n’avait aucun problème avec le corps du Christ comme Nouvelle Alliance d ’Israël composée de membres en provenance des 12 tribus (avec quelques rares exceptions). Vous est-il déjà arrivé d ’écrire une carte postale à des gens qui ont disparu de la terre ou qui n’existent pas ? Bien évidemment que non ! Quand vous écrivez à quelqu’un cette personne existe physiquement. 

     

     

     

    Yeshua et Jacques étaient-ils les seuls à avoir une telle révélation ? En 1 Pierre 1.1Pierre a écrit à ceux qui vivent en Diaspora. La Diaspora juive a eu lieu 20 ans après la rédaction de son épître aux alentours des 50 après JC. En fait il se réfère aux descendants des 10 autres tribus qui sont venus à la foi et qui « sont élus selon la prescience de Dieu le Père ». Ephraïm est il élu à l’égal de Juda ? Cela vous pose-t-il un problème ? Dommage pour ceux qui pensaient que seules deux tribus (Juda dont les Juifs sont les descendants) représentaient le peuple élu. A aucun moment les Ecritures ne se réfèrent aux Juifs en tant que peuple élu. Au contraire c’est Israël qu’elles nomment le peuple élu. Les Juifs représentent seulement 2/12° du peuple élu ! Jérémie 33.24 nous confirme cette vérité. Yahweh nous dit qu’Il a choisi deux maisons deux clans deux nations : la Maison d' Israël et la Maison de Juda ! Limpide ! Dans son épître Pierre s’adresse à la Maison d ’Israël réunie dans son Messie. Voulez-vous d ’autres preuves tirées de la Nouvelle Alliance pour vous démontrer que ceux qui se nomment chrétiens ne sont rien d ‘autre que des descendants physiques des 10 tribus perdues ? Pas de problème ! Dans 1 Pierre 2.8-10 nous voyons Pierre citer le chapitre 1 du prophète Osée. Ceux de la race élue le sacerdoce royal la nation sainte le peuple acquis sont identifiés par Pierre comme étant les anciens « Lo-ami »« pas un peuple »et qui sont désormais devenus le peuple de Dieu« Ami ». En 1 Pierre 2.10 en substance Pierre nous dit : vous êtes des prêtres de la Nouvelle Alliance d ’Israël autre fois vous n’étiez pas un peuple (« Lo-ami »)et n’aviez pas obtenu la pitié la compassion (« Lo–Ruchama »)mais maintenant à travers Yeshua vous êtes le peuple de Dieu pardonné et restauré appelé « Ami ». Nous avons affaire ici à une référence claire et directe. Le corps de Yeshua est composé de descendants du royaume du nord des Ephraïmites qui reviennent à Yahweh grâce au sang de notre Messie Yeshua.

     

     

     

     

     

     

     

    Paul avait-il cette même compréhension concernant le rassemblement des 12 tribus grâce au Fils de Yahweh ? Savait-il identifier les « chrétiens » de Rome comme des descendants de l ’ancienne Maison d’Ephraïm ? Un peu mon neveu ! En Romains 9.24 Paul nous dit que Yahweh a appelé à Lui des Juifs et des païens (Gentils)pour composer Son Corps avec des héritiers de la vie éternelle. En Romains 9.25 il cite Osée chapitre 1 et identifie les païens rachetés nés de nouveau de son époque comme étant la maison d ’Israël (Ephraïm) de l’Ancienne Alliance. Paul cite le passage d ’Osée 1 : « J’appellerai mon peuple celui qui n’était pas mon peuple » (« Lo-ami »). Il associe ce peuple aux « païens sauvés ». Les versets 25 et 26 nous le déclarent de manière audacieuse. Enfin au verset 27 il nous offre la cerise sur le gâteau avec les « païens sauvés »qui font non seulement partie de l ’ancienne maison d ’Israël devenue la « multitude des nations »mais il va jusqu’à citer le prophète Esaïe en nous rappelant la promesse faite à Ephraïm avec la multiplication physique qui sera comme le sable de la mer. Il nous dit que seul un reste des Israélites en provenance des 12 tribus sera sauvé. Whao ! Notez la transition et la progression : les païens sauvés de Romains 9.24 sont ensuite considérés par Paul comme faisant partie de l ’ancienne maison d ’Israël (les 10 tribus).

     

    En Ephésiens 2.11 Paul déclare que les païens qui sont sauvés ne sont désormais plus des païens ! Ils acquièrent une nouvelle identité. Selon le verset 12 cette identité leur donne un droit de cité en Israël. Ils sont israélites ! Il n’est pas possible d ’être citoyens d ’une entité spirituelle appelée « Eglise »ou d ’une autre sorte d ’entité spirituelle. Pour être citoyen du Commonwealth du Massachusetts il faut être un citoyen de chair et de sang. De même les anciens Gentils qui ont accepté le Messie sont devenus des citoyens physiques de la Maison du Commonwealth d ’Israël. Ils doivent être et ils sont en fait des Israélites physiques des 12 tribus de la famille et pas des juifs messianiques.

     

     

     

    Ephésiens 2.19 nous éclaire sur la question : selon Paul« nous n’avons plus affaire à des étrangers ni à des gens du dehors mais à des concitoyens ». La citoyenneté a toujours concerné et concernera toujours une personne physique. En Galates 3.29 Paul se réfère aux non Juifs nés de nouveau comme étant la descendance ou le sperme d ’Abraham (sperme est le terme actuel employé dans le texte). Laissez-moi maintenant vous poser une question ! Le mot grec qui désigne la descendance se traduit par le mot sperme en français. Cela vous parait-il une question d ’ordre spirituel ou plutôt d ’ordre physique ? Par conséquent si vous êtes passés par une véritable nouvelle naissance et que vous appartenez au Messie… peu vous importe de savoir si vous provenez du sperme (de la descendance) d ’Abraham ! Cela explique le verset 28 : il n’y a plus ni Juif ni Grec ni esclave ni libre ni homme ni femme il y a seulement une semence physique qui descend d ’Abraham qui a été rachetée et qui devrait être connue en tant que Nouvelle Alliance d ’Israël ! 

     

     

     

    Nous retrouvons d ’autres preuves dans Galates 4.28 où Paul se réfère aux croyants non Juifs comme étant comme Isaac des enfants de la promesse (de la multiplication). Isaac était-il un être physique ou bien avions-nous seulement affaire à un être spirituel ? Isaac était rempli et guidé par le Saint-Esprit mais il était bel et bien fait de chair et de sang ! D’après Paul c’est exactement ce que sont les croyants non Juifs dans la Nouvelle Alliance ! Dans 1 Corinthiens 10.1 il rappelle aux Ephraïmites rachetés qu’auparavant ils faisaient partie des païens mais que désormais ce n’est plus le cas. Paul rappelle à ces Israélites non Juifs que comme eux leurs pères (les hébreux)ont été conduits hors d ’Egypte ils sont tous passés au travers de la mer Rouge ils ont finalement trouvé le Rocher (le Messie) (1 Corinthiens 10.1-4). Dans 1 Corinthiens 5.7-8 nous voyons ces Ephraïmites Israélites célébrer Pessah (la Pâque). Seuls les gens d ’Israël célèbrent les Fêtes d ’Israël !

     

     

     

    Dans 1 Corinthiens 10.1certains enseignements d ’hommes et certains enseignants placent le mot « spirituel » à la suite du mot « pères ». Il en est de même pour Galates 3.29 où le mot « descendance » est suivi par « spirituelle ». Le but recherché est de montrer que les chrétiens ne sont en fait qu’une sorte de semence spirituelle ou pire encore qu’ils sont des « Juifs spirituels ». Puis-je me permettre de rappeler à ces enseignants qu’ajouter quelque chose aux Paroles de Yahweh est une offense passible de mort (Proverbes 30.5 Deutéronome 4.2 Deutéronome 12.32 Apocalypse 22.18). Il semblerait que certains ne comprennent pas cette vérité ou alors qu’ils la comprennent mais qu’ils préfèrent continuer à l ’ignorer pour garder des « Ephraïmites sauvés » enchaînés dans un état perpétuel de personnes de seconde classe vénérant le trône du judaïsme plutôt que celui de Son Fils. Si certains croyants non Juifs étaient honnêtes avec eux-mêmes la plupart d ’entre eux reconnaîtraient qu’ils portent en eux un profond désir d ’être juif une sorte de jalousie intérieure. Cette jalousie peut entraîner une conversion aux normes judaïques certains peuvent même remettre en cause leur foi dans l ’œuvre accomplie par Yeshua. L’Histoire nous montre que cette jalousie a pris et peut toujours prendre la forme d ’une haine virulente envers le Juif. Ces jours-là sont terminés ! Le temps du rétablissement de toute chose est arrivé (Actes 3.20-21). Lorsqu’Ephraïm commencera à réaliser et à comprendre qu’il fait partie de l ’Israël physique ses descendants se comporteront comme des Israélites et retourneront au Shabbat aux lois de la cacheroute aux fêtes (moedim)au sionisme à leur aliyah et cesseront d’être jaloux des Juifs (Esaïe 11.12-14). D’après ces versets le jour va venir où les Juifs vont reconnaître Ephraïm comme un frère de chair comme les fils de Jacob qui ont reconnu leur frère Joseph en Egypte. Ils pensaient avoir affaire à un païen alors que depuis le départ Joseph était Israélite. Que Juda reconnaisse les croyants non Juifs nés de nouveau en tant qu’Ephraïm ou pas cela ne change rien au fait que comme Joseph ces derniers sont méconnaissables pour leurs frères. Ephraïm fils de Joseph petit fils de Jacob rencontre le même manque de reconnaissance que son père Joseph (en tant qu’Israélite). Joseph connaissait ses frères mais eux ne le reconnaissaient pas. Aujourd’hui de nombreux Ephraïmites reconnaissent les descendants de Juda qui viennent à connaître Yeshua mais souvent la réciproque n’est pas vraie. Yahweh nous dit que les brimades de Juda envers Ephraïm prendront fin à travers le Messie (Esaïe 11.13-14) lorsqu’Il rassemblera les exilés d’Israël et qu’Il recueillera les dispersés de Juda des quatre extrémités de la terre. Notez que Juda n’a jamais été banni comme l ’a été Ephraïm. Il a juste été dispersé.

     

     

     

    En Jean 10.16 Yeshua nous dit : « J’ai encore d ’autres brebis qui ne sont pas de cette bergerie celles–là il faut que je les amène elles entendront ma voix et il y aura un seul troupeau un seul berger ». Remarquez qu’avant de mourir et de ressusciter Yeshua avait d ’autres brebis Israélites qui faisaient toujours parties de Son troupeau. Après sa résurrection Il n’a pas dit qu’Il allait créer un nouveau troupeau séparé appelé « l’Eglise »constitué de païens s’adonnant à des pratiques contraires à la Torah. Les brebis dont Il parle existaient déjà auparavant. Yeshua a été envoyé pour les ramener à Lui pour qu’’il y ait un seul troupeau. Une seule maison réunie.

     

     

     

    En lisant les écrits de Jean notamment Jean 11:49-52 on s’aperçoit que Jean connaissait cette vérité. Lorsque Caïphe prophétisa qu’il  était dans l ’intérêt de Juda que Yeshua meurt Jean ajoute que dans sa prophétie Caïphe disait que Yeshua ne mourrait pas uniquement pour la nation (Juda)mais qu’il mourrait également pour l ’ancienne maison d ’Israël qui avait été dispersée à travers les nations 721 ans avant la naissance du Messie ! Parce qu’il les appelle une nation (peuple physique) et qu’il se réfère à eux en tant qu’enfants de Dieu dispersés nous savons qu’il fait référence à la maison d ’Israël (aux 10 tribus). Ils sont appelés enfants d ’Israël parce que Dieu est le Dieu d ’Israël et parce que même avant que Yeshua soit crucifié nous avions affaire à Israël aux enfants d ’Elohim. Remarquez que le plan de notre Père qui nous est révélé au verset 52 consiste à rassembler les deux nations (ou maisons)pour n’en faire plus qu’une. Même au temps de Yeshua les yeux et les cœurs des gens étaient ouverts à cette vérité sur les dissensions familiales engendrées par Jacob et amplifiées par Jéroboam et Réhoboam. Depuis les deux derniers millénaires nous avons vu ces dissensions s’enflammer dans une bataille acharnée entre l ’Eglise et les Juifs pour l ’obtention du titre d ’Israël ! Qui est Israël ? Cette question n’a plus lieu d ’être lorsque nous réalisons qu’il n’y a qu’un seul peuple d ’Israël. Ce peuple a un seul Elohim le Dieu d ’Israël un seul  Messie et une seule Torah. Chacune des maisons doit suivre le même plan directeur en vue de restaurer l ’ensemble d ’Israël. Seule une pleine compréhension des deux maisons divisées d ’Israël permettra à la chrétienté et au judaïsme d ’enterrer leur haine leur amertume leur orgueil et leur arrogance réciproque et de mettre fin à tout débat théologique. Toutes les autres solutions au débat entre la chrétienté et le judaïsme entraîneront une incompréhension entre frères et perpétueront les dissensions familiales engendrées par Jacob avec la division du droit d ’aînesse entre Ephraïm et Juda (deux entités physiques et spirituelles représentant Israël).

     

    Il est réconfortant de noter que selon Esaïe 49.1-6 le Messie est promis à l ’ensemble d ’Israël. Le verset 3 se réfère à Lui en tant qu’Israël. La restauration d ’Israël en Lui est le premier but de Sa mission. Osée 11.1 appelle également le Messie Israël ! Au verset 6 d ’Esaïe 49 nous voyons notre Père Lui demander s’Il est prêt à relever les 12 tribus d ’Israël en ramenant à la bergerie ceux dispersés ) aux quatre coins de la terre parmi les païens (Gentils). Bien qu’égarés et perdus en tant que nation ils étaient individuellement « préservés » pour le ministère du Messie. Il est venu. Il est allé chercher les descendants physiques préservés d ’Ephraïm et de Juda et Il les a restaurés. Bien que ces « individus préservés » ne savent pas forcément qui ils sont et bien qu’ils ressemblent et se comportent de manière répugnante comme leur père Jéroboam notre Messie savait où les localiser. De façon individuelle mais pas encore sur un plan national Il les a localisés et les a ramenés à la bergerie. Il est intéressant de noter que le mot hébreu Notzrim utilisé dans Esaïe 46.6 pour définir « le reste »correspond aussi au mot Nazarenes qui est le mot hébreu moderne pour dire chrétiens. C’est ce reste d ’Ephraïmites nés de nouveau qui allait être rassemblé de nouveau dans la Tente reconstruite de David. C’est ce reste d ’éphraïmites qui allait retourner au bercail d ’Israël en tant que Nazaréens. Souvenons-nous que toute la communauté messianique des premiers temps se dénommait la secte des Nazaréens (Actes 24.5). Il s’agissait de ceux qui avaient été préservés et qui étaient retournés à Israël après s’être repentis. 

     

     

    Moshe Y. Koniuchowsky 


    votre commentaire
  •  

    L'anarchie à venir : le syndrome du Titanic
     

     

    Les systèmes et les gouvernements de ce monde sont déjà en train de sombrer
     

      

     

       

     

      

    Trois types de dirigeants

      

     

      

    La tragédie du Titanic révéla de façon éclatante l’existence de trois types de dirigeants, que l’on retrouve tous les trois dans le monde  d’aujourd’hui.

      

    Le premier de ces types est représenté par le capitaine du Titanic et son équipage. Ces hommes étaient les meilleurs au sein de la flotte marchande britannique. Tout le monde considérait qu’il ne se trouvait pas de capitaine plus intelligent, expérimenté ou éclairé dans tout l’Empire. Ajoutez à cela qu’il n’avait jamais eu le moindre accident en mer et vous obtenez ce qui passait pour un équipage insubmersible aux commandes d’un navire insubmersible. En fait, ces traits distinctifs contribuèrent sans doute largement au destin fatal de ce paquebot. Ils alimentèrent en effet l’orgueil, qui alimente à son tour l’insouciance, laquelle, tôt ou tard, conduit généralement à la tragédie.

      

     

      

    L’équipage du Titanic n’avait jamais effectué de véritable exercice d’évacuation à l’aide des canots de sauvetage. Il n’y avait aucun plan destiné à assurer le déplacement en bon ordre des passagers jusqu’aux canots de sauvetage et l’équipage ne savait même pas comment mettre ces derniers à la mer. Il lui fallut tout organiser et apprendre alors même que le navire sombrait sous ses pieds. Cela contribua indéniablement à faire beaucoup plus de victimes qu’il n’aurait dû y en avoir. Ensuite, de nombreux canots de sauvetage furent mis à la mer sans que toutes leurs places soient occupées – l’un d’eux n’avait que douze passagers à bord-, tandis que des centaines de passagers étaient retenus sous le pont par l’équipage. 

      

    Tous ceux qui se trouvaient à bord du paquebot avaient été pris au dépourvu par les événements de cette nuit fatale et ils le payèrent très cher.

      

     

      

     Serons-nous surpris de la même manière ? Si oui, nous le paierons tout aussi cher. Pourtant, nous ne sommes pas condamnés à être pris au dépourvu. On nous a exhortés à discerner les signes des temps et à ne pas nous endormir au moment de monter la garde. Dans tout le pays, des prophètes appellent à la préparation ; On nous donne des signes dans les cieux et sur la terre. Il fait retentir sa trompette pour nous réveiller et c’est à nous de l’entendre.

      

     

      

    Pratiquement tous les grands hommes qui jalonnent la bible et l’histoire  n’ont eu de succès qu’après avoir subi les épreuves de l’échec et de la défaite. Nombre des anciens et des Pères de la foi n’auraient pas fait confiance à un homme avant qu’il n’ait vécu son « Péniel » personnel (c’est-à-dire qu’il n’ait connu une défaite ou un échec important). Comme le déclara Alexandre Soljenitsyne : « la biologie elle-même ne nous enseigne-t-elle pas que le bien-être perpétuel n’est pas bon pour tout ce qui vit ? ». Le bien-être perpétuel peut ouvrir la porte à un ennemi on ne peut plus dangereux : la suffisance, ou l’auto-satisfaction. Qu’est-ce qui peut, sinon, expliquer que l’équipage du Titanic ait pu recevoir six avertissements indiquant la présence d’icebergs extrêmement dangereux barrant le passage du paquebot et qu’il n’ait même pas ralenti ? !

      

     

      

    Le danger de la confiance excessive

      

     

      

    La bible est très franche concernant les échecs et les erreurs de ses héros même les plus grands. C’est là un message en soi. Quand nous croyons être debout ; nous devons prendre garde de ne pas tomber. Même les plus grands hommes et femmes de foi connurent des défaites et des échecs. Nous entendons parfois le témoignage d’individus affirmant n’avoir jamais été abusés ni avoir commis de graves erreurs ; s’ils se vantent en déclarant une telle chose, ils sont voués à une chute retentissante. Ceux qui n’ont jamais été blessés n’ont sans doute encore jamais participé au combat. Aussi risquent-ils, non seulement d’être blessés, mais de se faire tuer.

      

    Deux autres navires jouèrent un rôle important dans le drame qu’entraîna le naufrage du Titanic : il s’agit du Californian et du Carpathia. Or les comportements respectifs des capitaines de ces navires correspondent de façon remarquable aux deux autres types de dirigeants que l’on trouve aujourd’hui.

      

     

      

    Le danger de la prudence excessive

      

     

      

    Le Californian était commandé par un capitaine qui avait manifestement tiré les leçons des succès et des échecs qu’il avait connus au cours de ses nombreuses années de service. C’était un homme réservé et prudent - mais trop prudent, par contre. Les réalités de la vie peuvent nous inciter à avoir le même genre de réactions que lui si nous laissons la crainte de subir d’autres échecs engendrer en nous une hésitation perpétuelle. La prudence excessive peut être tout aussi fatale que l’excès de confiance, comme le prouva malheureusement cette tragédie. Lorsque le capitaine du Californian apprit l’existence d’un champ de glace sur sa route, il ralentit. Lorsqu’il vit ensuite la glace, il donna l’ordre de stopper le navire et attendit le lever du jour. Son radiotélégraphiste commença à avertir du danger les autres navires qui se trouvaient dans cette zone. A 19h30, l’avertissement du Californian fut reçu et consigné par le Titanic.

      

    L’Atlantique Nord, d’ordinaire houleux, était étonnamment calme cette nuit-là. Plus d’un officier fit observer qu’il n’avait jamais vu la mer si tranquille. C’est le second du Titanic, un certain Lightoller, qui fit cette remarque au cours de l’enquête, lui qui déclara : « Tout était contre nous ».  

      

     

      

    Cette tranquillité doit également avoir eu raison de l’équipage du Californian. Sa vigie vit le Titanic approcher à seulement quelques milles de distance, puis s’arrêter net au milieu de l’océan. L’équipage du Californian crut tout d’abord que le Titanic avait préféré prendre les mêmes précautions que lui à cause des risques d’iceberg. C’est alors que le Titanic commença à tirer des fusées vers le ciel toutes les deux ou trois minutes - ce qui constitue toujours un signal de détresse en mer. Mais l’équipage du Californian essaya de trouver une explication rationnelle en faisant observer qu’il devait s’agir d’un signal destiné à un autre navire qui se trouvait hors de vue ! Ils ne prirent même pas la peine de réveiller le radiotélégraphiste pour voir s’il pouvait entrer en contact avec le Titanic. Pour finir, ils le regardèrent disparaître sous l’eau en se disant les uns les autres, tandis que les lumières faiblissaient, qu’il était en train de rebrousser chemin ! S’ils avaient répondu au premier signal de détresse, le Californian aurait très bien pu être en mesure de sauver la totalité des passagers qui périrent.

      

     

      

    L’attitude incroyable de l’équipage du Californian se retrouve dans une bonne partie aujourd’hui. Lorsque l’heure de l’enquête finale aura sonné et que l’on entendra raconter le dernier témoignage, nous n’en reviendrons pas de voir le nombre de personnes qui étaient en mesure de sauver des vies, mais qui auront dormi toute la nuit, comme le fit le capitaine du Californian alors que tant de choses étaient en son pouvoir. La rationalisation est un moyen de protection bien connu des lâches. 

      

    Avaient-ils peur à ce point de la glace pour se rassurer mutuellement en se trouvant des raisons incroyables de ne pas répondre à l’urgence qui leur crevait les yeux ? 
    Allons-nous devoir nous poser une question semblable ? Tandis que notre monde sombre dans les profondeurs de l’abîme, allons-nous dormir alors que nous pourrions sauver un grand nombre de vies, ou allons-nous nous lever et agir ?

      

     

      

     

      

    Si les lâches  sont mis dans le même sac que les meurtriers, c’est parce que leurs actes entraînent souvent la mort d’autrui.  Chaque fois que nous pourrions aider et que nous ne le faisons pas, nous devrons en répondre . (Jug 5/23-Jer 48/10)(1) Nous pouvons nous cacher et sauver notre vie en temps de troubles, mais, par cet acte,nous risquons fort de nous exposer au péril le plus terrible qui soit pour toute l’éternité. Si nous nous tapissons dans un coin en cherchant à sauver notre vie, nous finirons par la perdre.C’est uniquement en perdant notre vie que nous la retrouverons. Les lâches n’ont pas leur place dans le royaume de Dieu.

      

    « Mais le peuple de ceux qui connaissent leur Dieu agiront avec fermeté ». (Daniel 11.32)

      

     

      

    Si nous n’agissons pas avec fermeté, c’est manifestement parce que nous ne le connaissons pas.

      

     

      

    La détermination des vrais dirigeants

      

     

      

    Le troisième navire qui fut impliqué dans le drame meurtrier de cette nuit-là était le Carpathia, dont le capitaine était un certain Arthur Rostron. Celui-ci était connu pour son aptitude à prendre des décisions rapides et à stimuler ceux qui servaient sous ses ordres. 

      

    Nous avons là un merveilleux exemple du type de dirigeants que YHWH prépare en vue des derniers jours. Rostron était un homme pieux qui se consacrait à la prière. A 0 h 35, le radiotélégraphiste du Carpathia fit irruption dans sa cabine pour lui signaler que le Titanic avait heurté un iceberg. Rostron réagit avec détermination : il ordonna immédiatement de faire demi-tour au Carpathia et de le lancer à plein régime en direction du Titanic. Un peu plus tard, il demanda au radio s’il était sûr de ce qu’il avait rapporté, attitude qui contraste de manière frappante avec la réaction du commandement du Californian.

      

     

      

    Rostron fit ensuite une démonstration magistrale de ce qu’est un esprit vraiment préparé : il pensa à tout et pris soin du moindre détail. Il donna ordre au médecin anglais de se rendre au restaurant des première classe, au médecin italien de se rendre en deuxième classe, au médecin hongrois en troisième, et ce avec le maximum de matériel et de produits nécessaires au traitement des malades et des blessés. Il ordonna aux différents officiers de se répartir sur les diverses passerelles, leur donnant pour instruction de relever les noms des survivants afin de pouvoir les communiquer par télégraphie. On prépara des palans ainsi que des harnais pour les blessés.. Puis le capitaine Rostron chargea certains officiers de s’occuper de ces passagers et de pourvoir à leurs besoins. Ensuite, il réquisitionna toutes les cabines des officiers, les fumoirs, la bibliothèque, etc... pour y loger les survivants. Les stewards furent envoyés auprès de leurs passagers avec pour mission de les rassurer et de leur indiquer la raison de toute cette agitation, et ce, afin d’éviter tout mouvement de panique à bord.

      

     

      

    Puis Rostron entreprit de faire face au plus gros problème de tous : la glace. Il se dirigeait à plein régime vers le champ de glace qui avait entraîné le naufrage du Titanic. Pour cet homme courageux, il était hors de question de réduire l’allure, mais il prit toutes les mesures possibles pour diminuer les risques encourus  par son navire et les passagers qu’il transportait. Il affecta un homme supplémentaire au nid-de-pie, en ajouta deux autres à l’avant, un à chaque aileron de passerelle, et se posta lui-même sur l’un deux. Son second, un certain James Bisset, remarqua ensuite que le capitaine Rostron prit une dernière mesure qui était à ses yeux la plus importante de toutes : il pria.

      

     

      

    A 2 h 45, Bisset repéra le premier iceberg. Ils le contournèrent et continuèrent leur route. Durant l’heure qui suivit, ils en évitèrent cinq autres. A 4 h, ils atteignirent la dernière position signalée par le Titanic et commencèrent à recueillir des rescapés se trouvant à bord de canots de sauvetage. Au lever du soleil, ils découvrirent un spectacle stupéfiant : à perte de vue et dans toutes les directions, l’océan était jonché d’icebergs. Malgré toutes les vigies qui avaient été placées en alerte, le Carpathia était passé à côté de nombreux icebergs sans même les voir. Personne n’arrivait à comprendre comment ils les avaient tous évités, si ce n’était leur fervent capitaine. Lui savait qu’il avait fait tout ce qui était en son pouvoir, mais il avait encore besoin de l’aide de YHWH. Le difficile sauvetage des rescapés fut effectué avec un tel ordre et une telle discipline que la paix régnait sur tout le monde. L’esprit de sacrifice de l’équipage du Carpathia gagna les passagers du navire. 

      

     

      

    Ceux qui voyageaient en première classe mirent leurs cabines à la disposition des survivants ; d’autres se serraient les coudes pour aider comme ils le pouvaient. Alors que cette nuit de tragédie fut l’une des plus sombres que l’on ait jamais connue en haute mer, le capitaine du Carpathia, son équipage et ses passagers restent dans l’histoire comme de véritables flambeaux de courage et d’héroïsme. Ils furent une vivante démonstration de ce  que l’Eternel nous a appelés à être au cours de la nuit tragique et meurtrière qui est en train de tomber sur la terre. 
    Ne dormons pas comme certains le firent et ne nous laissons pas non plus tromper par le calme de la mer.

    votre commentaire
  •  

     

    L'avertissement final

     

     

     
    « Après cela, je vis descendre du ciel un autre ange, qui avait une grande autorité; et la terre fut éclairé de sa gloire. Il cria d'une voix forte, disant : Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande! Elle est devenue une habitation de démons, un repaire de tout esprit impur, un repaire de tout oiseau impur et odieux. » « J'entendis du ciel une autre voix qui disait : Sortez du milieu d'elle, mon peuple, afin que vous ne participiez point à ses péchés, et que vous n'ayez point de part à ses fléaux. » (Apocalyse 18.1, 2, 4 ) 

    Ce passage nous signale un temps où la proclamation de la chute de Babylone, décrite par le second ange (voir Apocalypse 14.8 ) du quatorzième chapitre de l'Apocalypse, sera réitérée et accompagnée du tableau de la corruption qui s'est introduite dans les diverses organisations qui constituent Babylone. Nous avons ici une description effrayante de l'état du monde religieux. À chaque réjection de la vérité, les esprits deviendront plus enténébrés et les coeurs plus obstinés, pour aboutir à une impiété effrontée. En dépit de tous les avertissements divins, on s'obstinera à transgresser l'un des commandements du décalogue, et on finira par persécuter ceux qui le tiennent pour sacré. Mépriser la Parole et le peuple du Créateur équivaut à rejeter le Seigneur. En accueillant les enseignements spirites, les églises supprimeront tout frein religieux. Il en résultera que la profession de christianisme ne sera plus qu'un manteau servant à couvrir des actions ignobles. La croyance aux phénomènes spirites ouvrant la porte aux esprits séducteurs et aux doctrines de démons, les églises subiront l'influence des mauvais anges. 

    Au temps de l'accomplissement de cette prophétie, il sera dit de Babylone : « Ses péchés se sont accumulés jusqu'au ciel, et le Seigneur s'est souvenu de ses iniquités. » (Apocalypse 18.5 ) Elle a comblé la mesure de ses transgressions : sa destruction est imminente. Mais le Seigneur a encore un peuple dans Babylone; avant l'heure du châtiment, ces fidèles seront appelés à en sortir, pour ne point participer à ses péchés et échapper à ses fléaux. De là l'avertissement symbolisé par l'ange qui, descendu du ciel, éclaire toute la terre de sa gloire et dénonce avec véhémence les péchés de Babylone, et fait retentir cet appel : « Sortez du milieu d'elle, mon peuple. » Ces proclamations constituent, avec le message du troisième ange, l'avertissement final donné aux habitants de la terre. 
     
     
     
     
     
     
     


    Le monde va au-devant d'une terrible crise. Les nations de la terre, coalisées pour faire la guerre aux commandements du Créateur, décréteront « que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves » (Apocalypse 13.16) sont tenus de se conformer aux usages de l'Église en observant un faux jour de repos. Quiconque s'y refusera sera passible de peines civiles et finalement déclaré digne de mort. D'autre part, la loi divine enjoignant l'observation du jour de repos du Créateur exige l'obéissance et menace de la colère du Seigneur celui qui en transgresse les préceptes. 

    La question étant ainsi posée, fouler aux pieds la loi du Créateur pour obéir à un décret humain équivaudra à recevoir la marque de la bête; ce sera accepter le signe de soumission à une autorité autre que celle duSeigneur. Or, l'avertissement du ciel déclare : « Si quelqu'un adore la bête et son image, et reçoit une marque sur son front ou sur sa main, il boira, lui aussi, du vin de la fureur du Seigneur, versé sans mélange dans la coupe de sa colère. » (Apocalypse 14.9, 10 ) 

    Mais nul ne sera l'objet de la réprobation divine avant d'avoir eu l'occasion de connaître la vérité et de la rejeter. Une foule de gens n'ont pas encore entendu les vérités spéciales destinées à notre temps. L'obligation d'observer le quatrième commandement ne leur a jamais été présentée sous son vrai jour. Celui qui lit dans les coeurs et voit tous les mobiles, ne permettra pas que ceux qui aiment la vérité ignorent l'enjeu et les conséquences du conflit. Le décret ne surprendra personne. Chacun recevra suffisamment de lumière pour pouvoir prendre position en connaissance de cause. 

    La question du jour de repos -- le point de la vérité particulièrement contesté -- sera la grande pierre de touche de la fidélité. Lorsque les hommes seront soumis à cette épreuve finale, une ligne de démarcation claire et précise sera établie entre ceux qui servent le Créateur et ceux qui ne le servent pas. D'une part, l'observation du faux jour de repos, conformément à une loi de l'État opposée au quatrième commandement, constituera la soumission à une autorité en conflit avec celle du Seigneur; et, d'autre part, l'observation du vrai jour de repos selon la loi du Créateur sera une preuve de fidélité au Créateur. Tandis que les uns, en acceptant le signe de leur soumission au pouvoir terrestre, prendront la marque de la bête, les autres, en choisissant le signe de la fidélité à l'autorité divine, recevront le sceau du Seigneur

    Jusqu'ici, les propagateurs du message du troisiéme ange ont été considérés comme de simples alarmistes. On a qualifié de vaines et d'absurdes leurs prédictions annonçant que les États-Unis glisseraient un jour dans l'intolérance religieuse, l'État et l'Église unissant leurs efforts pour persécuter les observateurs des commandements du Créateur. On a hautement affirmé que jamais ce pays ne reniera son passé, et qu'il restera toujours le champion de la liberté religieuse. Mais au moment où l'obligation d'observer le dimanche sera sérieusement agitée, lorsqu'on verra s'approcher l'événement déclaré chimérique, le message du troisième ange provoquera un effet qu'il n'aurait pas pu produire auparavant. 

    En chaque génération, le Seigneur a chargé ses serviteurs de censurer le péché, tant dans la société que dans l'Église. Mais le monde aime à entendre des choses agréables et supporte mal la pure et simple vérité. Au début de leur oeuvre, bien des réformateurs s'étaient promis d'user d'une grande prudence en dénonçant les péchés de l'Église et de la nation. Ils espéraient, en donnant l'exemple d'une vie pure et chrétienne, ramener le monde aux doctrines bibliques. Mais l'Esprit du Seigneur s'empara d'eux comme d'Élie lorsqu'il censura les iniquités d'un roi impie et d'un peuple apostat. Ils ne purent s'empêcher, en dépit de leurs scrupules, de faire entendre les déclarations des Écritures. Ils éprouvaient l'obligation de prêcher la vérité avec zèle, et de signaler le péril que couraient les pécheurs. Ils avaient courageusement prononcé les paroles que le Seigneur leur avait dictées, et les populations avaient été contraintes d'entendre l'avertissement. 
     
     
     
     
     


    C'est ainsi que le message du troisième ange sera proclamé. Quand le temps sera venu où celui-ci devra retentir avec plus de puissance, le Seigneur agira par d'humbles instruments qui se seront consacrés à son service. C'est par l'onction du Saint-Esprit plutôt que par la culture obtenue dans les écoles qu'ils seront qualifiés en vue de leur mission. Des hommes de foi et de prière, poussés par une force irrésistible et animés d'un saint zèle, iront annoncer les paroles que le Seigneur leur confiera. Les péchés de Babylone seront dévoilés. Les terribles conséquences résultant de lois religieuses imposées par l'autorité civile, les ravages du spiritisme, les progrès insidieux, mais rapides, de la puissance papale, tout sera démasqué. Ces avertissements solennels remueront les masses. Des milliers et des milliers de personnes, qui n'auront jamais rien entendu de pareil, apprendront, à leur grande stupéfaction, que Babylone est l'Église déchue à cause de ses erreurs, de ses péchés, et de son refus d'accepter des vérités envoyées du ciel. Lorsque les gens demanderont des éclaircissements à leurs conducteurs spirituels, ceux-ci leur présenteront des fables, et prophétiseront des choses agréables pour calmer leurs craintes et tranquilliser leurs consciences réveillées. Et comme plusieurs se refuseront à accepter une simple déclaration humaine et exigeront d'eux un clair et précis : « Ainsi parle l'Éternel », ces conducteurs religieux, à l'instar des pharisiens d'autrefois qu'irritait la récusation de leur autorité, dénonceront le message d'avertissement comme venant de Satan, et pousseront les foules à malmener et à persécuter ceux qui le proclament. 

    La controverse gagnera des régions nouvelles où l'attention du monde sera attirée sur la loi du Seigneur foulée aux pieds. Satan agira de telle sorte que la puissance du message excitera la fureur de ceux qui s'y opposeront. Les pasteurs feront des efforts presque surhumains pour empêcher la lumière de parvenir jusqu'à leurs troupeaux. Par tous les moyens dont ils disposent, ils s'efforceront d'empêcher la discussion de ces questions vitales. Le mouvement dominical devenant plus hardi, l'Église fera appel au bras puissant de l'autorité civile, catholiques et protestants agissant de concert. Au nom de la loi, les observateurs des commandements du Créateur seront menacés d'amendes et d'emprisonnement. Quelques-uns se verront offrir des situations influentes, des récompenses et des avantages matériels. Loin de renoncer à leur foi, ils répondront invariablement, comme Luther : « Montrez-nous par la Parole du Seigneur que nous sommes dans l'erreur. » Ceux qui seront traduits devant les tribunaux plaideront éloquemment en faveur de la vérité et gagneront l'adhésion de plusieurs de ceux qui les entendront. La lumière parviendra ainsi à des milliers d'âmes qui autrement n'auraient pas eu l'occasion de la connaître. 

    L'obéissance fidèle à la Parole du Seigneur sera qualifiée de rébellion. Aveuglés par Satan, des parents se montreront intraitables envers leurs enfants croyants, qu'ils déshériteront et chasseront de leurs foyers. Des maîtres opprimeront leurs serviteurs fidèles au Seigneur. Ces paroles de Paul s'accompliront littéralement : « Tous ceux qui veulent vivre pieusement en Jésus-Christ seront persécutés. » (2 Timothée 3.12 ) Leur refus d'observer le dimanche les exposera à la prison, à l'exil et aux mauvais traitements. Au point de vue humain, tout cela paraît maintenant impossible; mais lorsque la puissance du Saint-Esprit se retirera de la terre et que le monde sera entièrement sous l'empire de l'ennemi, on verra des choses étranges. Le coeur humain peut devenir bien cruel lorsque la crainte et l'amour du Seigneur ont été bannis. 

    À l'approche de l'orage, un grand nombre de personnes ayant professé la foi au message du troisième ange, mais qui n'auront pas été sanctifiées par l'obéissance à la vérité, changeront d'attitude et passeront dans les rangs de l'opposition. En s'unissant au monde et en participant à son esprit, elles en viendront à envisager les choses à peu près sous le même angle; aussi, devant le danger, seront-elles toutes disposées à choisir le chemin le plus facile. Des hommes capables et éloquents, qui s'étaient réjouis dans la vérité, se serviront de leurs talents pour circonvenir et détourner les âmes, et ils deviendront les ennemis les plus acharnés de leurs anciens frères. Quand des observateurs du shabbat seront traînés devant les tribunaux pour y rendre raison de leur foi, ces apostats, véritables agents de Satan, seront les plus empressés à les accuser, à les calomnier et à leur aliéner les sympathies des juges par leurs mensonges et leurs insinuations. 

    Durant cette période de persécution, la foi des serviteurs du Seigneur sera soumise à une rude épreuve. Ils auront fidèlement donné l'avertissement en s'appuyant uniquement sur le Seigneur et sur Sa Parole. Contraints de parler par l'Esprit du Seigneur, stimulés par un saint zèle et par une puissante impulsion d'en haut, ils auront fait leur devoir sans calculer les conséquences de leurs paroles. Ils n'auront songé ni à leurs intérêts temporels, ni à leur réputation, ni à leur vie. Et pourtant, l'orage de l'opprobre et de l'opposition venant à fondre sur eux, quelques-uns seront prêts à s'écrier, dans leur consternation : « Si nous avions prévu les conséquences de nos paroles, nous nous serions tus. » Entourés de difficultés, en butte aux plus rudes assauts du diable, la mission qu'ils ont entreprise menaçant de les écraser, ils perdront leur enthousiasme. Mais, ne pouvant retourner en arrière, ils se jetteront dans les bras du Tout-Puissant, en se souvenant que leurs paroles ne venaient pas d'eux, mais que c'est le Seigneur qui a mis dans leur coeur cette vérité qu'ils n'ont pu faire autrement que de proclamer. 

    Des épreuves semblables ont été le lot des hommes du Seigneur des siècles passés. Wiclef, Hus, Luther, Tyndale, Baxter, Wesley demandaient que toute doctrine fût soumise à l'épreuve des saintes Écritures, et se déclaraient prêts à renoncer à tout ce que la Bible condamne. La persécution s'abattit sur eux avec une rage inlassable, mais sans réussir à leur faire taire la vérité. Chaque période de l'histoire de l'Église a été marquée par quelque vérité adaptée aux besoins de l'époque. Ces révélations nouvelles, en butte à l'opposition et à la haine, ont toujours été accueillies par les âmes pieuses. Quand le Seigneur, en une heure de crise, donne une vérité spéciale à son peuple, comment refuser de la proclamer? Il ordonne maintenant à ses serviteurs de faire entendre au monde le dernier appel de miséricorde. Ce serait au péril de leur âme que les ambassadeurs du Seigneur garderaient le silence. Pourvu qu'ils fassent leur devoir, ils n'ont pas à s'inquiéter des conséquences; le Seigneur s'en occupe. 

    Lorsque l'opposition deviendra plus violente, les serviteurs du Créateur seront très perplexes; ils se demanderont s'ils n'ont pas eux-mêmes précipité cette crise. Mais leur conscience et la Parole du Seigneur leur donneront la certitude qu'ils auront bien agi, et ils seront fortifiés pour supporter l'épreuve. Le conflit aura beau se prolonger et devenir plus âpre, leur foi et leur courage croîtront avec la tourmente. Leur déclaration sera : « Nous n'osons pas sacrifier la Parole du Créateur pour obtenir la faveur du monde. Nous ne pouvons scinder Sa loi en deux parties dont l'une serait essentielle et l'autre secondaire. Le Seigneur que nous servons peut nous délivrer. Le Méssie a vaincu les puissances de la terre; pourquoi redouterions-nous un monde déjà vaincu? » 
     
     
     
     

     
     
     


    Sous ses formes diverses, la persécution est la conséquence d'un principe qui subsistera tant que le christianisme sera vivant et aussi longtemps que Satan. Nul ne peut servir le Seigneur sans voir l'armée des ténèbres se dresser contre lui, sans être assailli par les mauvais anges, alarmés de voir leur proie leur échapper. De faux croyants s'unissent aux esprits malins pour le séparer du Seigneur par des offres séduisantes, et, quand celles-ci échouent, pour recourir à la contrainte et violenter sa conscience. 

    Mais tant que le Méssie plaide dans le sanctuaire céleste, l'influence du Saint-Esprit se fait sentir tant chez les magistrats que parmi le peuple. Elle s'exerce dans une certaine mesure par l'intermédiaire des lois du pays. Sans ces lois, la condition du monde serait bien pire qu'elle n'est. Si un bon nombre de magistrats sont d'actifs agents du tentateur,Le Seigneur a aussi les siens parmi les hommes d'État. Quand l'ennemi pousse ses affiliés à proposer des mesures de nature à entraver sérieusement la cause de la vérité, les anges inspirent à des hommes influents qui craignent le Seigneur des arguments irréfutables contre ces propositions. Ainsi, quelques hommes seront à même d'endiguer un puissant flot de rigueurs et d'oppression de la part des ennemis de la vérité, flot qui eût empêché le message du troisième ange d'accomplir sa mission. L'avertissement final retiendra l'attention de ces hommes haut placés. Quelques-uns l'accepteront et feront partie du peuple du Seigneur au cours du temps de détresse. 

    L'ange qui vient participer à la proclamation du troisième message doit « éclairer toute la terre de sa gloire ». Cette parole annonce une oeuvre universelle d'une puissance extraordinaire. Le mouvement parvenu à toutes les stations missionnaires du monde, une glorieuse manifestation de la puissance du Seigneur.Dans certains pays,le plus grand réveil religieux qu'on eût vu depuis les jours de la Réforme au XVIe siècle; Il sera surpassé par le puissant réveil que suscitera l'avertissement final du troisième ange. 

    Il se produira en ce temps-là un mouvement analogue à celui de la Pentecôte figuré par « la pluie de la première saison », répandue lors de l'effusion du Saint-Esprit aux débuts de la proclamation de l'Évangile. Ce sera la pluie de l'arrière-saison » qui viendra pour faire mûrir la moisson. « Cherchons à connaître l'Éternel; Sa venue est aussi certaine que celle de l'aurore. Il viendra pour nous comme la pluie, comme la pluie du printemps qui arrose la terre. » (Osée 6.3 ) « Et vous, enfants de Sion, soyez dans l'allégresse et réjouissez-vous en l'Éternel, votre le Seigneur, car il vous donnera la pluie en son temps, il vous enverra la pluie de la première et de l'arrière-saison, comme autrefois. » (Joël 2.23 ) « Dans les derniers jours, dit le Seigneur, je répandrai de Mon Esprit sur toute chair. » « Alors quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé. » (Actes 2.17, 21 ) 

    La proclamation de l'Évangile ne se terminera pas avec une puissance inférieure à celle qui a marqué ses débuts. Les prophéties qui s'accomplirent par l'apparition de la pluie de la première saison doivent trouver leur contrepartie dans la pluie de l'arrière-saison, à la fin des temps. Ce seront alors les « temps de rafraîchissement » que l'apôtre Pierre attendait, quand il disait : « Repentez-vous donc et convertissez-vous, pour que vos péchés soient effacés, afin que des temps de rafraîchissement viennent de la part du Seigneur, et qu'il envoie celui qui vous a été destiné, Jésus-Christ. » (Actes 3.19, 20 ) 

    Les serviteurs du Seigneur, le visage illuminé d'une sainte consécration, iront de lieu en lieu proclamer le message céleste. Des milliers de voix le feront retentir dans toutes les parties du monde. Les malades seront guéris, des miracles et des prodiges accompagneront les croyants. Satan, de son côté, opérera des miracles trompeurs jusqu'à faire descendre le feu du ciel sur la terre à la vue des hommes. (Voir Apocalypse 13.13 ) Ainsi, les habitants de la terre seront mis en demeure de prendre position. 

    Ce n'est pas tant par des arguments que par une profonde conviction inspirée par le Saint-Esprit que sera proclamé l'avertissement. Les preuves auront été produites. La semence jetée auparavant portera alors des fruits. Les publications répandues par de zélés croyants auront exercé leur influence. 

    Plusieurs de ceux qui n'avaient pu comprendre la vérité, la saisiront pleinement et s'y conformeront. Des rayons de lumière pénétreront alors en tous lieux, la vérité paraîtra dans toute sa clarté et les âmes honnêtes briseront les chaînes qui les asservissaient. Les relations de famille et d'église ne pourront plus les retenir. La vérité leur sera plus précieuse que toute autre chose. En dépit des puissances liguées contre la vérité, nombreux seront ceux qui se décideront à suivre le Seigneur.

    votre commentaire
  • UNE APPROCHE HEBRAIQUE DE LA PARABOLE DES 10 VIERGES

        

      

     

    Est-il important pour nous d’étudier les racines hébraïques de la chrétienté ? Bien sûr ! Avons-nous besoin de les étudier pour être sauvé ? OUI !  Si nous ne nous plongeons PAS dans l’étude de nos racines hébraïques, nous allons PASSER A COTE des BENEDICTIONS qui sont offertes à tous ceux qui ont DEJA reçu le salut du Messie.

     

     

    LA PARABOLE DES DIX VIERGES CONCERNE LA FIN DES TEMPS

     

     

    Matthieu 24:3 : “Il s’assit sur la montagne des Oliviers. Et les disciples vinrent en particulier lui poser cette question : Dis–nous, quand cela arrivera–t–il, et quel sera le signe de ton avènement et de la fin du monde ?”

     

    Matthieu 25:1 : “ Alors le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, allèrent à la rencontre de l’époux.”

     

    Matthieu 25:13 :“ Veillez donc, puisque vous ne savez ni le jour, ni l’heure.” 

     

    En premier lieu, nous constatons que la parabole des dix vierges est une parabole qui concerne la fin des temps et la seconde venue de Yeshua. Dans ce contexte, nous devons nous rendre à l’évidence suivante : les vierges folles n’étaient pas prêtes. Elles ont manqué la seconde venue de Yeshua.

     

     

    POURQUOI LES VIERGES FOLLES N’ONT-ELLES PAS COMPRIS LES TEMPS DE LA SECONDE VENUEDU MESSIE ?

     

     

    La réponse est simple. Elles n’ont pas suivi les Instructions de YHVH (Sa Torah). Elles n’avaient pas la vision hébraïque requise pour appréhender la seconde venue du Messie. 

    Comment cela est-il possible ?

     

    FONDATION DE LA PARABOLE

     

    La Torah (dans ce contexte, les 5 premiers livres de la Bible, le Pentateuque) prophétise sur le retour des exilés, à la fin des temps.

     

    Deutéronome 30:1 : « Lorsque toutes ces choses t’arriveront, la bénédiction et la malédiction que je mets devant toi, si tu les prends à cœur au milieu de toutes les nations chez lesquelles l’Eternel, ton Dieu, t’aura chassé, »

     

    Deutéronome 30:2 : « si tu reviens à l’Eternel, ton Dieu, et si tu obéis à sa voix [suis la Torah] de tout ton cœur et de toute ton âme, toi et tes enfants, selon tout ce que je te prescris aujourd’hui, »

     

    Deutéronome 30:3 : « alors l’Eternel, ton Dieu, ramènera tes captifs et aura compassion de toi, il te rassemblera encore du milieu de tous les peuples chez lesquels l’Eternel, ton Dieu, t’aura dispersé. »

     

     Deutéronome 30:4 : « Quand tu serais exilé à l’autre extrémité du ciel, l’Eternel, ton Dieu, te rassemblera de là, et c’est là qu’il ira chercher. »  

     

    Deutéronome 30:5 : « L’Eternel, ton Dieu, te ramènera dans le pays que possédaient tes pères, et tu le posséderas ; il te fera du bien, et te rendra plus nombreux que tes pères. »

    Le rassemblement des exilés d’Israël (des deux Royaumes : Juda au sud et Israël/Ephraïm au nord) est en relation directe avec le bien et la multiplication que YHVH va opérer : « il te fera du bien, et te rendra plus nombreux que tes pères ». Quand cela aura-t-il lieu ?

    A l’aube de l’ère messianique.

     

    YESHUA EST LE BON BERGER QUI RASSEMBLE LES EXILES D’ISRAEL

     

    Yeshua est mort sur la croix dans le but de rassembler les exilés d’Israël. C’est ce qu’Il nous dit de manière explicite en Jean 10.

     

    Jean 10:13b-14 : « Je suis le bon berger. Je connais mes brebis, et elles me connaissent,”

     

    Dans Ezéchiel 34.1-10YHVH condamne les “bergers d’Israël » pour ne pas avoir « fait paître les brebis » [en leur enseignant la Torah]. Par conséquence, Il déclare que c’est LUI (à travers Yeshua) qui sera le bon berger, qui rassemblera les exilés d’Israël.

     

    Ezéchiel 34.11 : “ Car ainsi parle le Seigneur, l’Eternel : Voici, j’aurai soin moi–même de mes brebis, et j’en ferai la revue.”

     

    Ezéchiel 34.12 : “ Comme un berger inspecte son troupeau quand il est au milieu de ses brebis éparses, ainsi je ferai la revue de mes brebis, et je les recueillerai de tous les lieux où elles ont été dispersées au jour des nuages et de l’obscurité.” 

     

    LES EXILES D’ISRAEL SONT RECUEILLIS AU JOUR DES NUAGES ET DE L’OBSCURITE

     

    En Ezéchiel 34.12, le « bon berger » d’Israël rassemble PHYSIQUEMENT les exilés d’Israël, « au jour des nuages et de l’obscurité », c'est-à-dire durant la grande tribulation, à la fin des temps.

     

    YESHUA EST MORT SUR LA CROIX DANS LE BUT DE RASSEMBLER LES EXILES D’ISRAEL

     

    Après avoir déclaré qu’Il était le « bon berger » venu en vue de rassembler les exilés d’Israël (en faisant une allusion directe à Ezéchiel 34.11), Yeshua nous informe qu’Il est nécessaire qu’Il meurt sur la croix pour que cet évènement ait lieu.

     

    Jean 10:16 : “ J’ai encore d’autres brebis [Royaume du Nord / 10 tribus / Ephraïm], qui ne sont pas de cette bergerie [Royaume du Sud / Juda]; celles–là, il faut que je les amène ; elles entendront ma voix  [suivront la Torah], et il y aura un seul troupeau  [Réunification d’Ephraïm et de Juda], un seul berger  [Yeshua le Messie].”

     

    Jean 10:17 : “ Le Père m’aime, parce que je donne ma vie  [mort sur la croix], afin de la reprendre.”

     

    YESHUA EST MORT SUR LA CROIX DANS LE BUT DE RASSEMBLER LES EXILES D’ISRAEL

     

    Jean 11.49-52, nous dévoile également que Yeshua est mort sur la croix dans le but de rassembler les exilés d’Israël.

     

    Jean 11:49 : “ L’un d’eux, Caïphe, qui était souverain sacrificateur cette année–là, leur dit : Vous n’y comprenez rien ;  

    Jean 11:50 : “vous ne réfléchissez pas qu’il est dans votre intérêt qu’un seul homme meure pour le peuple, et que la nation entière ne périsse pas.  

     

    Jean 11:51 : “Or, il ne dit pas cela de lui–même ; mais étant souverain sacrificateur cette année–là, il prophétisa que Jésus devait mourir pour la nation [à laquelle Caïphe est en train de s’adresser, c'est-à-dire au Royaume du Sud : la Maison de Juda – les Juifs aujourd’hui].  

     

    Jean 11:52 : “Et ce n’était pas pour la nation seulement [mais aussi pour le Royaume du Nord / 10 tribus / Ephraïm] ; c’était aussi afin de réunir en un seul corps [Ephraïm et Juda, les 2 Maison d’Israël] les enfants de Dieu dispersés [au sein des nations du monde].”

     

    RESUME DES POINTS ABORDES

     

    #1) Le Messie d’Israël est le “bon berger” qui dans la fin des temps (pendant la période de tribulation) rassemble (physiquement) les exilés d’Israël.

     

    #2) Yeshua est mort sur la croix dans le but de rassembler physiquement les exilés d’Israël, de tous les pays dans lesquels ils ont été dispersés.

     

    #3) Le contexte de la parabole des dix vierges est la seconde venue de Yeshua et la fin des temps (Matthieu 24.3, Matthieu 25.1, 25.13)

     

    POURQUOI DIX VIERGES ?

     

    Le mot “vierge” décrit le rassemblement des exilés dans la fin des temps.

     

    Jérémie 31:4 : “Je te rétablirai encore, et tu seras rétablie, Vierge d’Israël ! Tu auras encore tes tambourins pour parure, Et tu sortiras au milieu des danses joyeuses.”

     

    Jérémie 31:8 : “Voici, je les ramène du pays du septentrion, Je les rassemble des extrémités de la terre ; Parmi eux sont l’aveugle et le boiteux, la femme enceinte et celle en travail ; C’est une grande multitude, qui revient ici. »

     

    Jérémie 31:9 : “Ils viennent en pleurant, et je les conduis au milieu de leurs supplications ; Je les mène vers des torrents d’eau, Par un chemin uni où ils ne chancellent pas ; Car je suis un père pour Israël, Et Ephraïm est mon premier–né. »

     

    Jérémie 31:10 : “Nations, écoutez la parole de l’Eternel, Et publiez–la dans les îles lointaines ! Dites : Celui qui a dispersé Israël le rassemblera, Et il le gardera comme le berger garde son troupeau.”

     

    Jérémie 31:13 : “ Alors la vierge s’égaiera à la danse, et les jeunes hommes et les vieillards ensemble ; je changerai leur deuil en joie, et je les consolerai ; je les réjouirai en leur ôtant leur peine. (Traduction BBA)

     

    Jérémie 31:21 : “ Dresse des signes, place des poteaux, Prends garde à la route, au chemin que tu as suivi… Reviens, vierge d’Israël, Reviens dans ces villes qui sont à toi !” 

     

    En Jérémie 31.9, Ephraïm (terme qui défini les 10 tribus du Royaume du Nord, que la Bible appelle aussi la Maison d’Israël) est rassemblé, « comme le berger garde son troupeau » (Jérémie 31.10). Les exilés qui sont rassemblés sont appelés « Vierges » (Jérémie 31.4 / 31.13 / 31.21).

     

    Par conséquent, les DIX VIERGES représentent le rassemblement des 10 tribus de la Maison d’Israël / Ephraïm dans la fin des temps. 

     

    (Note du traducteur : depuis 722 avant JC, ces 10 tribus d’Israël ont été dispersées parmi les nations. Elles ont perdu leur identité israélite en s’assimilant aux peuples parmi lesquels elles ont été éparpillées. Les 2 autres tribus d’Israël – le Royaume du Sud, ou la Maison de Juda, d’où est tiré le terme « Juif » – n’ont pas été assimilées aux nations dans lesquelles elles ont également été dispersées (en 586 avant JC et en 70 après JC). Elles ont toujours conservé leur identité juive. Ceux que nous appelons les Juifs aujourd’hui sont pour leur grand majorité des descendants du Royaume du Sud / la Maison de Juda. Les Juifs ne représentent que 2/12° de l’ensemble des 12 tribus d’Israël, le peuple élu)

     

    LES DIX VIERGES PRENNENT LEURS LAMPES

     

    Matthieu 25:1 : “ Alors le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, allèrent à la rencontre de l’époux.”

     

    LA TORAH EST COMME UNE LAMPE

     

    La Torah mentionne que « la lampe » doit constamment brûler avec de l’huile.

     

    Exode 27:20 : « Et toi, tu ordonneras aux fils d’Israël de t’apporter pour le luminaire de l’huile pure d’olives pilées, pour entretenir constamment des lampes. » (Traduction BBA)

     

    Psaumes 119:105 : “Ta parole est une lampe à mes pieds, Et une lumière sur mon sentier.”

     

    Proverbes 6:23 : “Car le précepte est une lampe, et l’enseignement une lumière, Et les avertissements de la correction sont le chemin de la vie :”

     

    La lampe doit être constamment entretenue avec de l’huile. La Torah et les préceptes de YHVH sont une lampe.

     

    CINQ D’ENTRE ELLES ETAIENT FOLLES, ET CINQ SAGES. (Matthieu 25:2)

     

    CINQ SAGES = Celles qui suivent les Instructions de YHVH, la Torah.

    CINQ FOLLES = Celles qui ne suivent pas la Torah.

     

    Sur les DIX VIERGES (qui représentent le rassemblement des 10 tribus de la Maison d’Israël / Ephraïm), les SAGES sont celles qui suivent la Torah (qui sont préparées pour la venue du Messie). Les FOLLES sont celles qui ne suivent pas les Instructions de YHVH, et par conséquent, qui ne sont pas prêtes pour la seconde venue de Yeshua.

     

    CINQ représente les CINQ livres de Moïse (Torah) 

     

    QUI SONT LES SAGES ?

     

    LA SAGESSE ET L’INTELLIGENCE CONSISTENT A SUIVRE LA TORAH

     

    Proverbes 3:13 : “Heureux l’homme qui a trouvé la SAGESSE, Et l’homme qui possède L’INTELLIGENCE !”

     

    Proverbes 3:18 : “Elle est un arbre de vie pour ceux qui la saisissent, Et ceux qui la possèdent sont heureux.” 

     

    Deutéronome 4:5 : “Voici, je vous ai enseigné des LOIS et des ORDONNANCES, comme l’Eternel, mon Dieu, me l’a commandé, afin que vous les mettiez en pratique dans le pays dont vous allez prendre possession.”

     

    Deutéronome 4:6 : “Vous les OBSERVEREZ et vous les METTREZ EN PRATIQUE ; car ce sera là VOTRE SAGESSE et votre INTELLIGENCE aux yeux des peuples, qui entendront parler de toutes ces lois et qui diront : Cette grande nation est un peuple absolument SAGE et INTELLIGENT !”

     

    Deutéronome 4:8 : “Et quelle est la grande nation qui ait des LOIS et des ORDONNANCES justes, comme toute cette TORAH que je vous présente aujourd’hui ?”

     

    Ces versets nous disent que ceux qui OBSERVENT et METTENT EN PRATIQUE la TORAH sont des gens SAGES ET INTELLIGENT.

     

    LA SAGESSE ET L’INTELIGENCE CONSISTENT A SUIVRE LA TORAH

     

    1 Chroniques 22:9 : “Voici, il te naîtra un fils, qui sera un homme de repos, et à qui je donnerai du repos en le délivrant de tous ses ennemis d’alentour ; car Salomon sera son nom, et je ferai venir sur Israël la paix et la tranquillité pendant sa vie.”

     

    1 Chroniques 22:12 : “Veuille seulement l’Eternel t’accorder de la SAGESSE et de L’INTELLIGENCE, et te faire régner sur Israël dans L’OBSERVATION de la TORAH de l’Eternel, ton Dieu !”

     

    1 Chroniques 22:12 : “Alors tu prospéreras, si tu as soin de mettre en pratique les lois et les ordonnances que l’Eternel a prescrites à Moïse pour Israël. Fortifie–toi et prends courage, ne crains point et ne t’effraie point.

     

    Par conséquent, une personne qui est SAGE et qui a de L’INTELLIGENCE, est une personne qui suit la TORAH et qui PROSPERE.

     

    QU’EST-CE QUE LA SAGESSE ET L’INTELLIGENCE ?

     

    Job 28:20 : “D’où vient donc la SAGESSE ? Où est la demeure de L’INTELLIGENCE ?”

     

    Job 28:28 : “Puis il dit à l’homme : Voici, la CRAINTE du Seigneur, c’est la SAGESSE ; S’éloigner du mal, c’est L’INTELLIGENCE.” 

     

    Psaumes 111:10 : “Le commencement de la SAGESSE, c’est la CRAINTE de l’Eternel. Elle donne une saine INTELLIGENCE A tous ceux qui PRATIQUENT ses COMMANDEMENTS. Sa louange demeure à toujours.” (Traduction BBA)

     

    QUI SONT LES FOUS ?

     

    Les fous ne suivent pas la Torah.

    Proverbes 9:6 : “Quittez la stupidité, et vous vivrez, Et marchez dans la voie de l’intelligence !”

     

    Psaumes 119:34 : “Donne–moi l’intelligence, pour que je garde ta loi Et que je l’observe de tout mon cœur !”

     

    Le fou/stupide/insensé ne suit pas « la voie de l’intelligence ». Il n’avance pas selon les Instructions de YHVH.

     

    Proverbes 14:7 : “ Eloigne–toi de l’insensé ; Ce n’est pas sur ses lèvres que tu aperçois la science.”

     

    Osée 4:6 : “Mon peuple est détruit, parce qu’il lui manque la connaissance. Puisque tu as rejeté la connaissance, Je te rejetterai, et tu seras dépouillé de mon sacerdoce ; Puisque tu as oublié la loi de ton Dieu, J’oublierai aussi tes enfants.”

     

    Le fou/stupide/insensé ne parle pas selon la connaissance : la Torah.

     

    Proverbes 21:20 : “De précieux trésors et de l’huile sont dans la demeure du sage ; Mais l’homme insensé les engloutit.”

     

    Le sage a de l’huile (il suit la Torah). Le fou/l’insensé n’a pas d’huile (il ne suit pas la Torah).

     

    Jérémie 5:4 : “Je disais : Ce ne sont que les petits ; Ils agissent en insensés, parce qu’ils ne connaissent pas la voie de l’Eternel, La loi de leur Dieu.”

     

    Psaumes 119:1 : “Heureux ceux qui sont intègres dans leur voie, Qui marchent selon la loi de l’Eternel !”

     

    Le fou/l’insensé ne connaît pas la voie de YHVH (ne suit pas la Torah).

     

    Jérémie 5:21 : “Ecoutez ceci, peuple insensé, et qui n’a point de cœur ! Ils ont des yeux et ne voient point, Ils ont des oreilles et n’entendent point.”

     

    Psaumes 119:34 : “Donne–moi l’intelligence, pour que je garde ta loi Et que je l’observe de TOUT MON CŒUR !”

     

    Le fou/l’insensé n’a pas d’intelligence (ne suit pas la Torah). 

     

    Psaumes 119:53 : “Une colère ardente me saisit à la vue des méchants Qui abandonnent ta loi.”

     

    Le méchant/le fou/l’insensé abandonne la Loi (il n’a pas d’huile).

     

    ELLES S’ASSOUPIRENT ET S’ENDORMIRENT (Matthieu 25:5)

     

    Comme l’Epoux tardait (durée entre la 1° et la 2° venue de Yeshua), les 5 vierges sages ET les 5 vierges folles s’endormirent.

     

    LE SOMMEIL EST UN ASSOUPISSEMENT SPIRITUEL (NON RESPECT DE LA TORAH / EXILE)

     

    Esaïe 6:9 : “Il dit alors : Va, et dis à ce peuple : Vous entendrez, et vous ne comprendrez point ; Vous verrez, et vous ne saisirez point.”

     

    Esaïe 6:10 : “Rends insensible le cœur de ce peuple, Endurcis ses oreilles, et bouche lui les yeux...”

     

    Esaïe 29.10 : “Car l’Eternel a répandu sur vous un esprit d’assoupissement ; Il a fermé vos yeux (les prophètes), Il a voilé vos têtes (les voyants).”

     

    Dormir revient à ne pas suivre les Instructions de YHVH.

     

    AU MILIEU DE LA NUITON CRIA (Matthieu 25.5a)

     

    “La nuit” est une figure pour décrire la tribulation de la fin des temps. Le cri au milieu de la nuit correspond au son du shofar, sonné pour rassembler les exilés d’Israël.

     

    Esaïe 27:13 : “En ce jour, on sonnera de la grande trompette, Et alors reviendront ceux qui étaient exilés au pays d’Assyrie ou fugitifs au pays d’Egypte ; Et ils adoreront l’Eternel, Sur la montagne sainte, à Jérusalem.”

     

    RESUME DE LA LECON

     

    #1) Les exilés d’Israël retournent sur la terre d’Israël à l’aube de l’ère messianique

    (Deut 30:1-5). 

     

    #2) Le Bon Berger (Yeshua le Messie : Jean 10:14) rassemble les exilés d’Israël 

    (Ezékiel 34:11) dans la fin des jours (Ezékiel 34:13). 

     

    #3) Yeshua est mort sur la croix pour rassembler les exiles d’Israël (Jean 10:16, Jn 11:49-52)

     

    #4) Le contexte de la Parabole des Dix Vierges est celui du retour du Messie à la fin des temps (Matthieu 24:3, Matthieu 25:1, 13) . 

     

    #5) La parabole des Dix Vierges est une référence au retour d’exil du Royaume du Nord / les Dix Tribus (perdues) / la Maison d’Israël dans la fin des jours. 

     

    #6) Cinq est le nombre des livres de la Torah. 

     

    #7) La Sagesse consiste à suivre la Torah. La Folie consiste à ne pas suivre la Torah. 

     

    #8) Les cinq vierges sages avancent à la lumière de la Torah.  

     

    #9) Les cinq vierges folles n’avancent pas à la lueur de la Torah. 

     

    #10) Les exilés qui sont rassemblés à la fin des jours sont appelés “vierges” (Jérémie 31:4, 13, 31) 

     

    #11) Dormir ou s’assoupir fait référence aux exilés qui ne suivent pas la Torah. 

     

    #12) Le milieu de la nuit est une référence à la période de tribulation, lorsque les exilés sont rassemblés, « au jour des nuages et de l’obscurité » (Ezékiel 34:12). 

     

    #13) Un “cri” correspond au son de la trompette / du shofar pour rassembler les exilés d’Israël (Isaïe 27:13, Matthieu 24:31) 

     

    #14) Les vierges sages (celles qui suivent les Instructions de YHVH) étaient PRETES pour les noces de l’Agneau (Yeshua le Messie). 

     

    #15) Les vierges folles (celles qui ne suivent pas les Instructions de YHVH) furent rejetées par Yeshua et ne purent participer au noces de l’Epoux.

     

    LA TERRE D’ISRAEL EST SUR LE POINT D’ETRE DIVISEE. SI VOUS PASSEZ A COTE DE L’INTERPRETATION HEBRAIQUE DES TEMPS DE LA FIN, ALORS VOUS RISQUER DE VOUS RETROUVER PARMI LES VIERGES FOLLES !!! 

     

    REVEILLEZ-VOUS !!! ETUDIEZ VOS RACINES HEBRAIQUES !!!


    votre commentaire
  • De quel jour es-tu le Seigneur?
    Car le Fils de l’homme est maître du Shabbat ». Matt. 12 : 8.

     


    Il ya sept jours dans la semaine. Quel jour est le jour du Shabbat?

     

     
    «Le septième jour est le jour du repos de l’Eternel, ton Dieu ». Quatrième Commandement (Ex. 20 : 10.) 

     


    Mais, Seigneur, n’as-tu pas aboli la loi qui
    Contient le Commandement du Shabbat?

     

     
    «Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes ; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir ». Matt. 5 : 17.

    N'as-tu pas au moins changé un des commandements afin qu aujourd'hui tes disciples puissent garder un autre jour?

     


    «Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé ». Matt. 5: 18.

     


    Mais, Seigneur, le samedi n’est-il pas un jour Juif ? Le septième jour n’est-il pas le Shabbat des Juifs? 

     


    «Le Shabbat a été fait pour l’homme ». (Le Shabbat a été mis en place et donné à l’homme 2500 ans avant l’existence d’un juif. Voir Gen. 2: 1-3).

     


    Quelqu'un m’a dit qu’après ta crucifixion, tes disciples ne gardèrent plus le Shabbat du septième jour selon la loi. Est-ce vrai?

     


    «C’était le jour de la préparation, et le shabbat allait commencer. Les femmes qui étaient venues de la Gaulée avec Jésus accompagnèrent Joseph, virent le sépulcre et la manière dont le corps de Jésus y fut déposé, et, s’en étant retournées, elles préparèrent des aromates et des parfums. Puis elles se reposèrent le jour du Shabbat, selon la loi ». Luc 23 : 54-56.

     


    Mais l’apôtre Paul ne rencontrait-il pas toujours les premiers
    chrétiens le jour du dimanche en l’honneur de la résurrection?
     

     


    «Pendant trois shabbats, il discuta avec eux, d’après les Écritures ». Actes 17 : 2.

     

     
    Peut-être s’est-il réuni avec les Juifs le jour du Shabbat et avec les païens le dimanche. Qu’en penses-tu?

     

     
    «Paul discourait dans la synagogue chaque Shabbat, et il persuadait des Juifs et des Grecs ». Actes 18 : 4. 

     


    Qel était l’enseignement de Paul sur le repos du Shabbat?

     

     
    «Il y a donc un repos de shabbat réservé au peuple de Dieu. Car celui qui entre dans le repos de Dieu se repose de ses oeuvres, comme Dieu s’est reposé des siennes ». Héb. 4: 9, 10. 

     


    Mais, de quel jour parlait Paul lorsqu’ilDisait que Dieu s’est reposé?

     

     
    «Car il a parlé quelque part ainsi du septième jour: Et Dieu se reposa de toutes ses oeuvres le septième jour ». Hébreux 4: 4.

     

     

     

    (Dans le Nouveau Testament il n’y a pas moins de 59 références au Shabbat. Le livre des Actes note 84 Shabbats durant lesquels l’apôtre Paul et ses compagnons ont tenu des services religieux. Cependant il n’y a aucune parole dans la Bible toute entière autorisant le repos du dimanche.) 

     


    Pourquoi tant de gens gardent-ils le dimanche au lieu du
    Shabbat? Si la Bible enseigne le repos du Shabbat, commentet par qui le repos du dimanche a-t-il commencé?

     

     
    «Il [la puissance de la ‘petite corne’] prononcera des paroles contre le Très-Haut, ... Et il espérera changer les temps et la loi ». Dan. 7: 25. 

     

     

     

    L’Eglise Catholique Romaine est la Petite Corne de Daniel 7. Pense-t-il avoir la puissance de changer la loi de Dieu? 

     


    «Si elle n’avait pas eu une telle puissance, elle n’aurait pas pu faire ce qu’elle a fait et avec quoi s’accordent tous les religieux modernes; elle n’aurait pas pu substituer à l’observation du samedi, septième jour de la semaine, l’observation du dimanche, le premier jour de la semaine, changement en faveur duquel il n’existe aucune autorité Scripturaire ». Stephen Keenan, prêtre catholique romain, Doctrinal Catechism, p. 174. 

     


    Quand ce changement a-t-il eu lieu?

     

     
    «Nous observons le dimanche au lieu du samedi parce que l’Eglise Catholique a transféré, lors du concile de Laodicée (364 ap. J-C.), la solennité du samedi au dimanche ». Peter Geirmann, The Convert’s Catechism, p. 50. (Ce catéchisme reçut la bénédiction du pape le 25janvier 1910). 

     


    Les pasteurs protestants sont-ils d’accord sur ce point?

     

     
    CONGRÉGATIONALISTES : « Il est clair que quelles que soient la rigidité ou la dévotion impliquée à l’adoration du dimanche, nous ne gardons pas le Shabbat ». - Dr. R.W. Dale, Les dix commandements, p. 106. 

     


    MÉTHODISTES : « Le Shabbat, dans la langue Hébraïque signifie repos et il s’agit du septième jour de la semaine ... Et il faut confesser qu’il n’y a, dans le Nouveau Testament, aucune loi concernant le premier jour ». - Dictionnaire théologique de Buck. 

     


    BAPTISTES: «Il y avait un commandement, et celui-ci existe toujours, de sanctifier le jour du Shabbat, mais ce jour du Shabbat n’es tpas le dimanche. Il doit être cependant déclaré, avec une grande démonstration de triomphe, que le Shabbat a été transféré du septième au premier jour de la semaine. ... 

     

    Où se trouve le récit de ce transfert? 

     

    Pas dans le Nouveau Testament — absolument pas. ... Bien sûr, je sais parfaitement que le dimanche n’a été utilisé qu’au début de l’histoire chrétienne.
    Mais quel dommage qu’il porte la marque du paganisme, et qu’il ait été christianisé avec le nom du dieu soleil, lorsqu’il fut adopté et sanctionné par l’apostasie papale, et transmis au protestantisme comme un héritage sacré. » Dr. E. T. Hiscox, auteur du Manuel Baptiste. 

     

     

     

    Quelle différence cela fait-il que j’adore un certain jour? Un jour est un jour, n’est-ce pas?

     

     
    «Ne savez-vous pas qu’en vous livrant à quelqu'un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l’obéissance qui conduit à la justice? » Rom. 6 : 16. 

     


    Alors, que dois-je faire, obéir au commandement divin du Shabbat, ou garder le dimanche des hommes?

     

     
    «Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes ». Actes 5 : 29. 

     


    He bien, Seigneur, Que penses-tu de l’adoration du dimanche?

     

     
    «Vous annulez ainsi la parole de Dieu au profit de votre tradition. C’est en vain qu’ils m’honorent, en enseignant des préceptes
    Qui sont des commandements d’hommes ». Mail. 15 : 6,9. 

     


    Mais, les millions de gens qui gardent le dimanche ne peuvent certainement pas être dans l’erreur, n’est-ce pas?

     

     
    «Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il yen a beaucoup qui entrent par là. Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent ».Matt. 7 : 13, 14. (Seul un petit nombre obéit à Dieu aux jours de Noé, aux jours de Lot, aux jours du Christ. La majorité se perdit). 

     


    •Mais Mr. Untel, dr. En théologie, est un homme sage: pourquoi lui et d’autres prédicateurs ne gardent-ils pas le Shabbat?

     

     
    «Considérez, frères, que parmi vous qui avez été appelés il n’y a ni beaucoup de sages selon la chair, ni beaucoup de puissants, ni beaucoup de nobles. Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes ». 1 Cor. 1 : 26, 27. (Note : Les grands enseignants à l’époque de Jésus rejetèrent également la vérité. Ses disciples étaient des gens du peuple). 

     


    Mais j’ai accepté Jésus. Il m’a accepté et j’ai gardé le dimanche. Il est clair que je ne serais pas perdu si je ne gardais pas le Shabbat maintenant, n’est-ce pas?

     

     
    «Dieu, sans tenir compte des temps d’ignorance, annonce maintenant à tous les hommes, en tous lieux, qu’ils aient à se repentir ». Actes 17 : 30. 

     


    Je te connais, Seigneur, tu ne me condamnerais pas pour avoir violé le Shabbat, n’est-ce pas?

     

     
    «Celui qui dit :je l’ai connu, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, et la vérité n’est point en lui ». I Jean 2 : 4. 

     


    Mais n’est-il pas suffisant d’aimer le Seigneur et de vivre par la loi d’amour?

     

     
    «Si vous m’aimez, gardez mes commandements ». Jean 14: 15. 

     


    Cela implique-t-il tous les dix?

     

     
    «Car quiconque observe toute la loi, mais pèche contre un seul commandement, devient coupable de tous ». Jacques. 2: 10. 

     


    He bien je pense que si nous essayons de suivre Jésus c est tout ce qui est nécessaire, non?

     

     
    «Celui qui dit qu’il demeure en lui doit marcher aussi comme il a marché lui-même». 1 Jean 2 : 6. 

     


    Quelle est ta coutume concernant le Shabbat?

     

     
    «Il se rendit à Nazareth, où il avait été élevé, et, selon sa coutume, il entra dans la synagogue le jour du Shabbat ». Luc 4 : 16.

     


    Mais Seigneur, c’était il y a plus de 2000 ans.

     

     N’adorerais-tu pas un autre jour que le Samedi si tu venais maintenant sur la terre?

     

     
    «Je suis l’Eternel, je ne change pas ». Mal. 3 : 6. «Jésus-Christ est le même hier, et aujourd’hui, et éternellement ». Héb. 13 : 8. 

     


    Mon salut dépend-il de mon obéissance à tes Commandements? 

     


    «Qui, après avoir été élevé à la perfection, est devenu pour tous ceux qui lui obéissent l’auteur d’un salut éternel ». Héb. 5: 9. 

     


    Est-il absolument nécessaire de garder les Commandements pour recevoir la vie éternelle?

     

     
    «Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements ». Matt.19:17. 

     


    Mais je ne vois toujours pas pourquoi tu insistes sur le septième jour, Seigneur. Le dimanche n’est-il pas aussi bon que le
    samedi?

     

     
    «Dieu bénit le septième jour et le sanctifia ». Gen. 2 3.    «Il a béni,Je ne le révoquerai point ». Nom. 23: 20.   «Car ce que tu bénis, ô Eternel est béni pour l’éternité ». 1 Chr. 17: 27. 

     


    He bien, il me semble que si je garde un jour sur sept, sans me soucier duquel, cela devrait être suffisamment bien. 

     


    «Telle voie paraît droite à un homme, mais son issue c’est la voie de la mort ». Prov. 16: 25.   «Pour les choses spirituelles ... c’est spirituellement qu’on en juge ». 1 Cor. 2: 13, 14. 

     


    Mais, Seigneur! Ne puis-je pas faire autrement? Mes prières et ma profession de foi ne vont-elles pas m’amener au ciel?

     

     
    «Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur! N’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux ». Matt. 7: 21. 

     


    Mais je prie. 

     


    «Si quelqu’un détourne l’oreille pour ne pas écouter la loi, sa prière même est une abomination ». Prov. 28 : 9. 

     


    Mais, Seigneur, regarde les gens qui font des miracles Certains guérissent des malades, d’autres parlent en langues; pourtant ne gardent-ils pas le Shabbat. Qu’en est-il d’eux?

     

     
    «Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n’avons- nous pas prophétisé par ton nom? Et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ? Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité ». Matt. 7: 22, 23. 

     


    Oui, je sais que le Shabbat est bon ; mais mon entreprise aurait des problèmes sije fermais le Shabbat. Je pourrais perdre mon travail.

     

     
    «Et que sert-il à un homme de gagner tout le monde, s’il perd son âme? » Marc 8 : 36. 

     


    Bon, pour moi-même, ça ne me dérangerais pas ; mais qu’en
    Est-il de ma famille? Ne serait-il pas préférable que je travaille le Shabbat plutôt que de voir ma famille souffrir de la faim?

     

     
    «Votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus ». Matt. 6 : 32,33. 

     

     

     

    «Je n’ai point vu le juste abandonné, ni sa postérité mendiant son pain ». Ps. 37 : 25. 

     


    Mes amis vont rire de moi et me ridiculiser.

     

     

     

    «Si le monde vous hait, sachez qu’il m’a haït avant vous ». Jean 15 : 18. 

     


    Mais, suppose que ma famille ne soit pas d’accord avec moi. Dois-je être une source de division dans mon foyer?

     

     
    «Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi; celui qui ne prend pas sa croix, et ne me suit pas, n’est pas digne de moi ». Mail. 10: 37, 38.

     

     

     

      «Ainsi donc, quiconque d’entre vous ne renonce pas à tout ce qu’il possède ne peut être mon disciple ». Luc 14: 33. 

     


    J’ai peur de ne pas être capable de résister à toutes ces épreuves. Je suis trop faible.

     

     
    «Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. Quand je suis faible, c’est alors que je suis fort ». 2 Cor. 12 : 9, 10. 

     


    «Je puis tout par Christ qui me fortifie ». Phil. 4: 13. 

     


    Alors, Seigneur, quelle est la récompense
    De la fidélité envers toi et les Commandements?

     

     
    «Il n’est personne qui, ayant quitté, à cause du royaume de Dieu, sa maison, ou ses parents, ou ses frères, ou sa femme, ou ses enfants, ne reçoive beaucoup plus dans ce siècle-ci, et, dans le siècle à venir, la vie éternelle ». Luc 18: 29-30.  

     

     

     

    «Heureux ceux qui observent ses commandements, afin d’avoir droit à l’arbre de vie, et d’entrer par les portes dans la ville». Apoc. 22 : 14. 

     


    Seigneur, j’attends avec impatience une maison sur la terre renouvelée, garderons-nous là aussi le Shabbat? 

     


    «Car comme les nouveaux cieux et la nouvelle terre que je vais créer subsisteront devant moi, dit l’Eternel, ainsi subsisteront votre postérité et votre nom, à chaque nouvelle lune et à chaque Shabbat, toute chair viendra se prosterner devant moi, dit l’Eternel ». Esaïe 66 : 22, 23. 

     


    Eh bien, Seigneur, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Avec ton aide, je garderais le Shabbat. 

     


    «C’est bien, bon et fidèle serviteur ». Mail. 25 : 21.

     

     
    QUELLE MARQUE ALLEZ-VOUS RECEVOIR?

     

     
    «L’Eglise Catholique, en vertu de sa mission divine, a changé le jour du samedi au dimanche pendant plus de mille ans avant l’existence d’un protestant ». - Catholic Mirror (Miroir Catholique), septembre 1893. 

     


    «Bien sûr l’Eglise Catholique revendique ce changement comme une action de sa part. Et cet acte est une MARQUE de sa puissance ecclésiastique et de son autorité en matières religieuses ». C. F. Thomas, chancelier du Cardinal Gibbons. 

     


    «L’observance du dimanche par les Protestants est un hommage rendu malgré eux à l’autorité de l’Eglise Catholique ». - Plain talk for Protestants (Propos sans équivoque pour les Protestants), page 213. 

     

     

      «Sanctifiez mes Shabbats, et qu’ils soient entre moi et vous un signe auquel on connaisse que je suis l’Eternel, votre Créateur ». Ezéchiel 20 : 20.

     


    votre commentaire
  •  

    6ème trompette pour les vierges sages !

    6ème tromperie pour les vierges folles !

     

    Dernier avertissement, dernier criblage, dernière épreuve de foi !

     

    À défaut d’entendre, écoutez, hommes légers !

     

    Car,

     

    Ce message s’adresse aux « débris » fidèles à La Volonté du Père Créateur et de Son Oint, le Messie « IHVH Sauve », inscrite dans Ses 2 Révélations prophétiques.

     

    Aux orphelins, aux veuves, aux pauvres, et aux relationnels, rejetés du monde de Babylone (christianisme), à ceux qui ne prennent pas goût aux religions mais, qui prennent plaisir en leur Maître, en Sa Parole prophétique !

     

    À vous, bien-aimés(es) du Tout-Puissant Créateur Élohim !

     

    C’est l’acceptation des 2 Livres de Daniel et de Jean, par la seule interprétation de la Parole, qui réconcilient la créature, qui a avalé le « Petit Livre Ouvert », avec son Créateur. 

     

    Ce sont Ses 2 Révélations qui valident le pardon, en action, de nos péchés.

     

    La Loi du Créateur et la reconnaissance, en vérité, du Messie hébreu, et non grec, ne suffisent plus pour notre temps de la fin.

     

    Dans la Révélation donnée à Jean, le disciple bien-aimé, le Père de la création et Son fils d’adoption, se sont mis ensemble pour élaborer et apporter la « Nourriture au temps convenable » pour Ses vrais serviteurs, elle est inscrite dans ce Livre de la Délivrance. 

     

    Refuser cette Révélation, c’est refuser le Père et Sa Loi, c’est refuser le Messie et Son Témoignage !

     

    Sans l’ingestion de Ses 2 Témoins, aucune possibilité d’être sauvé !

    Ceci, à l’attention de toutes les religions, de tous les religieux aussi !

     

    Refuser ce fait ou cette évidence, c’est refuser effrontément la « Vérité Présente » et donc, le Seul Salut possible pour les créatures de la terre.

     

    Car le Créateur Élohim a confondu les lâches, les hypocrites, les menteurs, les adultères de Sa Parole, les méchants, les rebelles, les dissimulateurs soit, les religieux de tout poil, de bouc !

     

    Prenez au sérieux cet avertissement car, dans ces lignes, il n’y a que de l’amour pour le prochain, un « Amour » qui vient d’En-Haut !

     

    Revenez en vous-mêmes, retournez aux anciens sentiers (Jérémie 6-16) !

     

    Abandonnez vos préjugés, votre entendement vicié, votre orgueil mal placéentrez dans le travail de vos âmes, sondez-vous !

     

    Laissez tomber les conducteurs religieux qui détruisent, construisez-vous une relation étroite et exclusive avec Celui qui tient votre vie dans Sa main : Élohim votre Créateur !

     

    Ils vous mentent, vous spolient, vous égarent, ils n’ont que faire de vous !

    Vous êtes là pour leur gloire, ils sont là pour votre pognon !

     

    Les docteurs, les apôtres, les prophètes, sont dans le monde, ils appartiennent à Satan, Élohim ne les connaît pas !

     

    Ils se donnent des titres pour séduire les masses aveuglées par leur désintérêt pour la Parole prophétique.

     

    Les seuls et véritables inspirés, docteurs de la Loi, et envoyés sont gravés dans la Parole !

     

    Ces conducteurs prennent la Parole pour détruire, en hébreu et en grec, ils n’ont aucun message, ils se proclament chef, de gourous qu’ils sont !

     

    Ils sont habiles, ils vous font croire qu’ils sont victimes des attaques d’anges démoniaques et d’hommes, professant détenir la Vérité !

     

    Hommes dénués d’intelligence !

     

    Vous n’avez pas besoin d’être enseignés par des hommes,  car vous avez le Souffle Saint pour vous conduire dans la Volonté du Maître (Jean 14 : 16-18) !

     

    Ce sont les païens  qui recherchent des hommes savants pour les instruire !

     

    Un très grand malheur arrive !

    Que faut-il faire pour vous réveiller de votre torpeur religieuse ?

     

    Réveillez-vous ! Paresseux de la Parole, idolâtres d’homme de chair !

     

    C’est votre relation avec le Très-Haut qui peut vous sauver, et non les religions !

     

    Bientôt, celles-ci s’entretueront dans un immense bain de sang, à l’échelle planétaire, une chose voulue par Élohim leur Créateur aussi, à qui, ils devront rendre des comptes, très bientôt !

     

    Chacun sera responsable du choix qu’il aura fait, c’est ici, l’Épée à 2 tranchants qui sépare moelle et os, esprit et chair, juste et injuste, véritable et menteur !

     

    Les 2 Livres de Daniel et de Jean sont 2 prophéties qui sépareront, bientôt, le sacré du profane, le juste de l’injuste, le sanctifié du souillé !

     

    Oïe, holà, ohé, hommes, femmes, enfants et vieillards !

     

    Gardez-vous de refuser d’entendre Celui qui parle, et, Celui qui parle, c’est le Souffle Saint !

     

    Le mépris, la raillerie, l’indifférence ou la légèreté appartiennent à Satan et à ses sbires angéliques et humains, donc, je vous les laisse ! 

     

    Les religieux, animaux et idolâtres, choisissent le moyen par lequel ils veulent être sauvés, alors que la Seule Voie leur tend les bras, mais en vain, et cela, depuis 2600 ans !

     

    Un « salut à la carte » est trop largement dispensé dans le monde des religions ! 

     

    Païens, prenez garde de vous laisser séduire par ces « scorpions » et leur venin mortel !

     

    Après cela :

     

    >  

    Ne dites pas que vous n’avez pas été avertis (Ézéchiel 3 : 18-21).

     

    Jefraim

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique